Opération éclair réussie pour Clara et Consuelo

3-1e-chavez13.jpg3-1e-chavez12.jpg

Colombie La guérilla a relâché les otages détenues depuis cinq et six ans

Libérables par les Farc depuis le 18 décembre dernier, les deux otages ont été remises à la Croix-Rouge jeudi soir.

CARACAS

DE NOTRE CORRESPONDANT

Bienvenue pour ce retour à la vie ! » C’est ce qu’a dit, jeudi par téléphone, le président vénézuélien Hugo Chavez à Clara Rojas et à Consuelo Gonzales de Perdomo, les deux otages libérées par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, le principal mouvement de guérilla en Colombie). Après l’échec retentissant de la précédente tentative de libération des deux femmes, séquestrées depuis cinq et six ans par la guérilla, tout s’est finalement passé très vite dans la journée de jeudi.

Deux hélicoptères vénézuéliens placés sous contrôle de la Croix-Rouge internationale ont décollé dans la matinée de l’État frontalier du Tachira, en direction de San José del Guaviare, à 340 km au sud-est de Bogotá. Auparavant, le Venezuela avait obtenu de la Colombie la suspension provisoire de toutes les opérations militaires en cours dans la région. Ce cessez-le-feu, qui avait manqué lors de la précédente tentative de libération des otages, est entré en vigueur de 6 h du matin (11 h GMT) à 6 h du soir (23 h GMT).

Échaudée par les tergiversations des Farc en décembre dernier, la Colombie avait averti qu’elle ne laisserait qu’une heure à la guérilla pour remettre les otages à la Croix-Rouge à partir du moment où les hélicoptères décollaient de San José. À midi heure locale, le président vénézuélien Hugo Chavez affirmait à la télévision qu’il s’était entretenu avec Clara Rojas et Consuelo Gonzales de Perdomo et qu’elles étaient libres et en bonne santé. À Caracas, ce fut une explosion de joie de la part des familles des otages qui vivent dans l’attente de la remise en liberté de leurs proches depuis l’annonce de leur libération par un communiqué des Farc à l’agence de presse cubaine Prensa Latina, le 18 décembre dernier. Après avoir attendu en vain une libération pour Noël, puis pour le jour de l’an, c’est finalement hier qu’ils ont enfin pu revoir les leurs. Maria Fernanda de Perdomo, la fille de Consuelo Gonzales de Perdomo, affirme qu’elle n’a jamais douté : « Lorsqu’on attend depuis six ans et trois mois, quelques jours de plus ou de moins ne changent pas grand-chose. » L’avenir de sa mère, ancienne assistante parlementaire en Colombie, s’était pourtant brusquement obscurci le 31 décembre dernier, lorsque le gouvernement colombien a rendu publique la preuve que les Farc mentaient depuis le début en prétendant remettre au président Chavez Consuelo

Gonzales de Perdomo, Clara Rojas et son fils Manuel, trois ans et demi, né en détention d’une relation entre l’ancienne collaboratrice d’Ingrid Betancourt et un guérillero surnommé Ringo. Les Farc n’étaient tout simplement plus en possession de l’enfant depuis 2005 ! Celui-ci se trouvait sous la tutelle de l’assistance publique colombienne qui l’avait confié à une famille d’accueil.

Mais malgré le contexte très tendu entre les deux capitales andines, les pourparlers se sont prolongés entre les envoyés de Chavez et les Farc d’une part et entre les dirigeants des deux pays d’autre part. Les deux hélicoptères ont donc quitté la Colombie et se sont rendus au Venezuela dans la ville frontalière de Santo Domingo où une équipe médicale de la Croix-Rouge établissait un bilan de santé des deux femmes, pendant que les hélicoptères seront réapprovisionnés en carburant. L’étape finale s’est déroulée à l’aéroport international de Caracas où ont eu lieu les retrouvailles des otages et de leurs familles.

Il ne reste plus désormais à la famille Rojas qu’à récupérer le petit Emmanuel, toujours sous la tutelle de l’assistance publique colombienne. Formellement identifié grâce à des tests ADN, il devrait être remis à sa famille dans les jours qui viennent.

IVAN ERHEL

 Le portfolio : Les otages retrouvent leurs proches

Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.