L’internet dans les Thalys

25-1e-thalys.jpg

Transport ferroviaire Le wifi dans les TGV au printemps

C’est une première mondiale à la vitesse de 300 km/h. La SNCB envisage, elle aussi, cette option.

Thalys, la société qui exploite les trains à grande vitesse entre la Belgique et Paris, Amsterdam et Cologne, a annoncé ce mardi qu’elle offrirait, dès le printemps prochain, un service d’internet sans fil à bord des trains. « C’est une première mondiale à cette vitesse », dit Jean-Michel Dancoisne, l’administrateur délégué de Thalys.

Certains trains, notamment le Tsukuba Express, au Japon, qui roule à 130 km/h, offrent déjà des connexions sans fil, mais c’est la première fois que des ingénieurs parviennent à faire fonctionner ce système sur des rames évoluant à la vitesse de 300 km/h. « Il s’agit d’une connexion par satellite, précise Jean-Michel Dancoisne. Les premiers tests ont été effectués en 2005, mais il restait des problèmes à régler. Actuellement, deux rames Paris-Bruxelles et une rame Paris-Cologne sont déjà équipées du système. Nous réalisons en ce moment les derniers tests. Des ruptures de connexion subsistent dans des endroits où la réception du satellite est mauvaise, comme la jonction Nord-Midi, à Bruxelles, et les longs tunnels. Dans ces endroits, nous installerons des relais terrestres. Nous négocions avec les gestionnaires de l’infrastructure. »

Gratuit… en première

Les chanceux qui circulent sur les trois rames-test peuvent surfer gratuitement. Mais lorsque le service sera implanté sur toutes les rames, au plus tard l’été prochain, seuls les voyageurs de première classe (Confort 1) auront l’internet gratuit. « Les passagers circulant en Confort 2 devront payer, soit au moyen de leur carte de crédit, soit en achetant une carte prépayée au bar. »

L’internet à bord pourrait-il faire des émules sur le réseau intérieur belge ? La SNCB y pense, mais le projet n’est manifestement pas en phase d’aboutissement. « Nous avons commandé une étude à l’Université de Gand, dit une porte-parole. Les résultats montrent que le projet est techniquement réalisable. Il nous faut à présent définir un modèle économique. Il faut s’assurer que l’internet à bord sur toutes nos lignes est une idée réaliste. C’est un service que nous souhaitons rendre à nos clients, mais il faut évidemment qu’il soit abordable. Sinon, cela n’en vaut pas la peine. » Si la SNCB se décide à installer cette technologie à bord de ses trains, ce ne sera pas avant 2009.

L’internet sans fil ne sera pas le seul grand projet de Thalys en 2007. La société ferroviaire a également annoncé son intention de rénover toutes ses rames. « Tout va changer sauf la couleur et le logo, dit Jean-Michel Dancoisne. La première voiture devrait sortir des ateliers en novembre prochain. Le parc devrait être rénové dans sa totalité pour le début de 2009. »

Thalys a aussi dévoilé ses résultats pour 2007. Le chiffre d’affaires a atteint 364 millions d’euros, contre 363 millions en 2006. « Mais il faut savoir que la SNCF a repris la ligne Bruxelles – Roissy – Marne-la-Vallée. Malgré cela, notre chiffre d’affaires est resté stable, dit Jean-Michel Dancoisne. A périmètre constant, le nombre de voyageurs a augmenté de 6,6 %. » Pour 2008, Thalys s’attend à une croissance de 10 % du nombre de voyageurs, « à condition que la nouvelle ligne à grande vitesse vers les Pays-Bas soit ouverte fin octobre ».

BERNARD DEMONTY

Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.