Steven Defour, un gamin en or

ela080116_4047.jpg

Soulier d’or Deuxième lauréat « rouche » en 3 ans
Le jeune capitaine du Standard a remporté le trophée tant convoité, devant Ahmed Hassan et Tom De Sutter.

Le (premier) jour de gloire de Steven Defour, c’était bien mercredi soir, au Casino d’Ostende. Le jeune capitaine du Standard, 19 ans à peine, est devenu, comme les pronostics l’annonçaient, le lauréat du 54e Soulier d’or, devant Ahmed Hassan, grand perdant du vote, Tom De Sutter, surprenant troisième et dont la valeur marchande va encore monter dans cette période très chaude du mercato…

Comme prévu, l’Egyptien d’Anderlecht a survolé le premier tour du scrutin, de janvier à juin, loin devant tous ses concurrents. Le « Pharaon » a recueilli 178 points, devant deux de ses équipiers, Daniel Zitka (86) et Mèmè Tchité (74). Mais Steven Defour, déjà, était cinquième de ce classement partiel, avec 38 unités, soit 140 points de moins que son principal concurrent. Un écart sérieux, certes, mais que le capitaine du Standard a résorbé sans trop de problèmes au second dépouillement, celui concernant la période de juin à décembre. Avec un carton au deuxième tour, Defour termine au total avec plus de 100 points d’avance sur l’Anderlechtois. Il n’y a donc pas eu le suspense attendu entre les deux et alors que beaucoup d’observateurs estimaient que Hassan allait faire le plein au premier tour, c’est au contraire Defour qui l’a fait au second (où il y avait aussi plus de votants). Pour compléter le podium, on trouve donc De Sutter, récompensé pour le parcours du Cercle, alors que Z

itka et Tchité complètent le Top 5. Plus décevantes, les places de Fellaini (7e), Jovanovic (9e) et surtout Biglia (11e). Certes, le médian argentin manque de charisme et de gestes décisifs devant le but, mais son talent méritait mieux, sans conteste. Cela pour l’anecdote.

Pour en revenir à l’essentiel, c’est donc un gamin de 19 ans, pétri de talent, certes, mais au palmarès vierge, qui devient le 4e lauréat le plus jeune de l’histoire du Soulier d’or (derrière Van Himst, Kompany et Scifo).

Intrinsèquement, celui que tout le football belge considère, à juste titre et après Vincent Kompany, comme son plus grand espoir pour l’avenir proche, recèle suffisamment de classe pour ne pas faire tache au palmarès du trophée le plus couru de la profession.

Mais le talent intrinsèque suffit-il vraiment pour gagner le Soulier d’or ? Visiblement oui, alors que le palmarès de Defour est encore vierge et que les performances de son club, en 2007, n’ont débouché sur aucun trophée. Defour n’a pas gagné la Coupe de Belgique, il pèse trop peu sur les sommets du championnat et n’a pas encore réussi « le » match référence chez les Diables rouges. Mais au sein d’une Division 1 qui est ce qu’elle est aujourd’hui, ce n’est plus nécessaire pour recevoir le Soulier d’or. Defour a du talent, de l’avenir, du caractère et ça suffit pour faire de lui le meilleur joueur de l’année 2007.

C’est aussi le deuxième capitaine du Standard à être plébiscité en trois ans. Sergio Conceiçao avait déclaré, lors de sa consécration, qu’il voulait surtout être champion de Belgique quelques mois plus tard. Defour n’a pas tenu un autre discours mercredi soir. Aura-t-il plus de succès que le Portugais ?

CHRISTOPHE BERTI

Le portfolio sur Steven Defour sacré soulier d’or 2008

Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.