Yahoo! refuse l’offre de Microsoft

Internet AOL Time Warner pourrait jouer le rôle du chevalier blanc

Simple façon de faire monter les enchères ou prémices d’une bataille boursière sans précédent dans le monde de l’internet ?

On le pressentait mais cette fois, c’est officiel. Yahoo! a officiellement rejeté lundi l’offre de rachat du géant informatique américain Microsoft faite le 1er février dernier. La firme de Bill Gates a proposé 44,6 milliards de dollars (29,96 milliards d’euros) aux actionnaires de Yahoo. Le prix à payer, selon lui, pour s’offrir son rival et réussir par là même à se poser en concurrent de poids face à Google sur le marché de la publicité en ligne. Yahoo! n’est pas du même avis. La direction du groupe estime que ce prix sous-évalue largement le potentiel de l’entreprise. Deux scénarios sont maintenant possibles.

Le scénario paisible. Yahoo! est prêt à se faire absorber par Microsoft mais veut faire monter les enchères un maximum. C’est le scénario auquel on a assisté récemment avec le brasseur anglais Scottish&Newcastle. Carlsberg et Heineken ont dû remonter à trois reprises le montant de leur offre pour finalement emporter l’accord de leur proie.

L’offre actuelle de Microsoft représente 31 dollars par action Yahoo! – soit une prime de 62 % par rapport au cours de Bourse à la veille de l’annonce de l’offre. Mais selon des sources citées par le Wall Street Journal, Yahoo! ne serait pas prêt à accepter une offre inférieure à 40 dollars par action, ce qui forcerait Microsoft à lancer une OPA de 56 milliards de dollars, soit 12 milliards de plus que son offre initiale. Comme l’a expliqué une source interne à Yahoo!, « il faut une offre qui donne à Jerry Yang (patron et cofondateur de Yahoo!, ndlr) de quoi monter sur un podium et sourire face aux actionnaires ».

Le scénario guerrier. Si Yahoo! ne se résigne pas à tomber dans les mains de Microsoft ou si ce dernier refuse de rehausser son offre, un chevalier blanc pourrait entrer en lice et venir en aide à Yahoo! On avait évoqué dans un premier temps une alliance entre Yahoo! et Google. Mais cela est resté au stade de la rumeur.

Une autre rumeur a pris de l’ampleur lundi, suite à un article du quotidien britannique The Times : un rapprochement avec le groupe internet AOL de l’américain Time Warner. Il y a déjà eu des discussions par le passé entre les deux sociétés mais elles avaient achoppé pour une question de prix. Selon The Times, l’urgence de la situation et le ralentissement économique en vue pourraient convaincre les deux groupes de reprendre les discussions.

D’autant que Time Warner est en pleine réflexion sur l’orientation de ses activités, notamment internet. Une alliance Yahoo! – AOL aurait de toute façon pour effet de rapprocher Yahoo! de Google puisque ce dernier possède une part de 5 % dans AOL et qu’il y a une alliance stratégique entre les deux groupes.

JEAN-FRANCOIS MUNSTER,AFP

Cette entrée a été publiée dans Economie, Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.