Adieu lieutenant Brody, on vous aimait bien


Cinéma « Les dents de la mer » perd son chef de la police. L’acteur Roy Scheider est mort dimanche à l’âge de 75 ans

Célèbre grâce à un requin ! C’est avec Les Dents de la mer, de Spielberg, et le rôle du lieutenant Brody que l’acteur Roy Scheider devint intime avec les spectateurs, même si la vedette lui fut quelque peu volée par un « gros poisson ». Il vient de décéder à l’âge de 75 ans.

Marié deux fois, père de trois enfants, Roy Scheider était de ces comédiens sur lesquels on pouvait bâtir un film. Du second rôle au personnage principal, il a voyagé sans problème du film d’horreur au polar, du drame psychologique au film musical. Avec Burt Reynolds, il fut aussi l’un des plus célèbres machos d’Hollywood. Image de cinéma, bien sûr ! A la ville, l’acteur était un homme réservé, parlant rarement de lui. Éternellement en short et en tee-shirt, il détestait les vêtements et vénérait le soleil.

Né en 1932, dans l’État du New Jersey, d’une famille modeste, il avait débuté sur les planches dans Hamlet. Parce que dès sept ans, du rhumatisme articulaire aigu l’empêcha de pratiquer le sport comme ses copains de collège. Roy viendra au cinéma en 1964, avec un petit suspense alimentaire, The Curse of the Living Corpse. Mais c’est le rôle que lui offre William Friedkin dans French Connection qui le fait connaître du grand public et lui vaut sa première nomination aux Oscars. All that jazz, de Bob Fosse, lui donne le respect de ses pairs, qui voient en lui un comédien à part entière. Sa prestation lui vaut d’ailleurs une deuxième nomination aux Oscars. Pourtant les années 80 et 90 profiteront peu à l’acteur qui tournera nombre de films mineurs si ce n’est Paiement cash, de Frankenheimer, Le Festin nu, de Cronenberg, ou L’idéaliste, de Coppola. La fin de sa carrière ne fut donc pas à la hauteur de son réel talent.

FABIENNE BRADFER

Le portfolio sur Roy Scheider

Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.