le kosovo indépendant embarrasse l’europe

Un pays nouveau est né, dans la joie. Les Vingt-Sept sont divisés
au sujet de sa reconnaissance. La Serbie et la Russie expriment leur colère.

Il était 15 heures passées de neuf minutes, dimanche, lorsque le Premier ministre Hashim Thaçi a écrit l’histoire : « Le Kosovo est fier, libre et indépendant. » Décuplant les scènes de liesse à Pristina.

Aussitôt, les réactions sont tombées, tel un déluge. Ulcérées, du côté serbe et russe, où l’on a appelé la communauté internationale à déclarer cette indépendance « nulle et non avenue ». Embarrassées, au sein de l’Union européenne, où l’on a pris note, tout en appelant à la modération.

Parmi les Vingt-Sept, une demi-douzaine de pays hésitent à reconnaître l’ex-province serbe, craignant un « effet dominos ». Quatre « grands » (Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie) y sont favorables. Une réunion des ministres des Affaires étrangères européens a lieu ce lundi. Sur fond de division : le Kosovo reste une poudrière.

Le Kosovo est né, l’onde de choc est planétaire
Balkans L’indépendance a été déclarée dimanche à 15 h 39

Le portfolio sur l’indépendance du Kosovo

Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.