Misha defonseca a vécu en trompe-l’œil

« survivre avec les loups » était bien un récit de fiction.
La Bruxelloise à l’origine d’un film fameux confondue par « Le Soir ».

Placée face à ses contradictions par l’enquête menée par la rédaction du Soir, après les doutes exprimés par des spécialistes des loups et des experts de la déportation des Juifs de Belgique, notre compatriote Misha Defonseca – de son vrai nom schaerbeekois Monique De Wael – a reconnu ce qui devenait une évidence : « Survivre avec les loups », son récit autobiographique à succès, n’était en effet que pure fiction.

Le livre a fait un tabac en librairie. Le film touchant qui en a été tiré a fait courir le public familial, ému (et trompé) par l’histoire de cette petite fille traversant l’Europe, en 1941, à la recherche de ses parents déportés, et adoptée par des loups.

Dans la demande de pardon qu’elle livre à notre journal, Monique De Wael souhaite que l’on comprenne le drame qu’elle a vécu, à quatre ans, en voyant ses parents partir vers les camps.

« Cette histoire n’est pas la réalité réelle, mais elle a été ma réalité, ma manière de survivre », nous a-t-elle expliqué.

Cette entrée a été publiée dans Belgique, Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.