Un attentat inédit à Jérusalem : huit morts dans une école religieuse

01277647.jpg
Attaque meurtrière à Jérusalem
Proche-Orient Un terroriste fait un carnage à l’école talmudique

« Merkaz harav » est l’école religieuse la plus prestigieuse du pays. Huit personnes y ont été tuées par un assaillant.

TEL-AVIV,

DE NOTRE CORRESPONDANT.

Au moins huit personnes ont été tuées et une quarantaine d’autres ont été blessées par un Palestinien de Jérusalem qui a attaqué mercredi l’école talmudique « Merkaz Harav » située à Kyriat Moshé, un quartier religieux de la ville.

Selon les témoins, ce terroriste était habillé en juif religieux. C’est ainsi qu’il a pu se mêler aux personnes présentes. Il a pénétré dans la bibliothèque de l’établissement à l’heure où les étudiants de plusieurs classes se rencontraient. Il a alors ouvert le feu sur le groupe avec une arme. Rapidement alertée, l’unité antiterroriste de la police l’a abattu.

Cet attentat – le premier du genre à Jérusalem – provoque beaucoup d’émoi en Israël. Parce que le centre « Merkaz Harav » est l’école religieuse la plus prestigieuse du pays et parce qu’elle est la figure de proue du mouvement sioniste religieux dont sont issus de nombreux colons.

Lorsque la nouvelle de l’attentat s’est répandue, des personnalités politiques et des éditorialistes ont accusé l’Autorité palestinienne « de ne rien faire pour combattre le terrorisme ».

Quoi qu’il en soit, cette opération a fait passer au deuxième plan de l’actualité la publication, à Londres, du rapport de huit ONG dénonçant la dégradation humanitaire dans la bande de Gaza. Selon ces associations, parmi lesquelles Oxfam, Amnesty international et Médecins du Monde, plus de 80 % du million et demi de Palestiniens qui vivent à Gaza sont désormais tributaires de l’aide humanitaire internationale pour survivre alors qu’ils étaient 63 % dans ce cas en 2006.

Le chômage frappe 40 % de la population avec une pointe de 70 % dans le secteur privé. Durement touché par le blocus israélien, le tissu économique est en effet devenu inexistant. En quelques mois, la pénurie de matériaux de construction et de matériaux de transformation a ainsi entraîné le gel de 95 % des initiatives économiques en cours.

En raison des coupures de courant décrétées par l’Etat hébreu en riposte aux tirs de roquettes, l’alimentation électrique est coupée jusqu’à 12 heures par jours dans certains établissements publics et hôpitaux. L’écoulement d’eau potable est interrompu en raison de l’arrêt des pompes électriques. En outre, il arrive que des égouts se déversent dans les rues.

Pour les huit ONG, la situation humanitaire de la bande de Gaza « n’a jamais été aussi mauvaise depuis 1967 » (l’année de la conquête de ce territoire par l’Etat hébreu). Et cette affirmation provoque des réactions courroucées des responsables israéliens. Outre le ministère des Affaires étrangères, le département de la Défense a ainsi publié un communiqué dénonçant le Hamas et affirmant qu’Israël « a le droit de défendre ses ressortissants » (contre les roquettes, NDLR). Quant à Tsahal (l’armée), elle publie la liste des camions chargés de matière première et de médicaments qu’elle affirme avoir laissé entrer ces derniers jours à Gaza.

La situation de ce territoire contrôlé par le Hamas ne semble cependant pas devoir s’améliorer de sitôt puisque l’aviation israélienne a repris jeudi matin ses raids aériens. Un militant du Hamas a été tué et plusieurs autres blessés à Jebalia. Puis quatre autres dans la soirée dans un raid aérien, selon une source médicale palestinienne. Les quatre tués, tous des membres des Brigades d’Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, ont été tués à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

Jeudi encore, des combats entre des militants du Hamas et des unités spéciales de l’Etat hébreu se sont déroulés devant l’ancien point de passage de Kissoufim. Une bombe télécommandée a été activée par le Jihad islamique, tuant un soldat israélien et en blessant gravement trois autres. Des salves de kassam sont également abattues sur la ville de Sderot où une maison a été touchée de plein fouet et quatre personnes blessées.

En raison de ces derniers événements ainsi que de l’attentat de Jérusalem, les chroniqueurs militaires s’attendent à une importante riposte de l’Etat hébreu. Ehoud Olmert se trouvait d’ailleurs à l’état-major de l’armée lorsqu’il a été informé de l’attaque contre le centre « Merkaz Harav ». Quant au ministre de la Défense Ehoud Barak, il a annulé un voyage aux Etats-Unis.

De son côté, un porte-parole du Hamas a affirmé que l’attentat de Jérusalem était une « attaque héroïque ». Abou Zouhri a parlé de « réponse normale à l’occupant et à ses meurtres de civils ». Des manifestations de joie ont éclaté dans la bande de Gaza. Un groupe inconnu, les Brigades des hommes libres de la Galilée-Groupe du Martyr Imad Moughnieh, a revendiqué l’attentat en soirée.

SERGE DUMONT

Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.