Big record pour Big Sue

Marché de l’art Lucian Freud atteint des sommets chez Christie’s, à New York

Un nu de Big Sue peint par Freud devient l’œuvre la plus chère d’un artiste vivant : 34 millions de dollars.

Le 13 mai à New York, sous le marteau de Christie’s, Benefits supervisor sleeping, un portrait de Sue Tilley, surnommée « Big Sue » en raison de ses formes monumentales, est devenue la toile la plus chère du monde créée par un artiste vivant. Cette femme vautrée sur un canapé a été peinte en 1995 par le petit-fils de Sigmund Freud. Le tableau a été adjugé pour près de 34 millions de dollars (22 millions d’euros), effaçant le record précédent détenu par l’Américain Jeff Koons avec Hanging Heart, un immense cœur d’acier inoxydable vendu 23 millions de dollars, à l’automne 2007. Des sommes indécentes par rapport à la somme versée au modèle Sue Tilley pour prendre la pose : 40 dollars !

Emigré à Londres en 1933, Lucian Freud est né à Berlin en 1922. Adulé dans le monde pour son art du portrait, il a notamment signé un sulfureux tableautin aux traits crus de Sa Majesté Elisabeth II d’Angleterre…

Son nu allongé de Sue Tilley avait enflammé les esprits dès le premier accrochage, il y a quelques jours, à Londres, dans les salons de Christie’s.

A califourchon entre le réalisme sensuel de Gustave Courbet et l’expressionnisme grotesque d’un Otto Dix, Benefits supervisor sleeping étale la chair à l’huile et dans toute son exubérance. Effeuillée au Hirschhorn Museum et au Musée Correr à Venise, Big Sue, dérange et reste insaisissable dans la mouvance de l’art contemporain. Avant d’être mise aux enchères chez Christie’s, elle était, dit-on, entre les mains du couple Guy et Marion Naggar, connu parmi les mécènes de la Tate Modern à Londres.

L’engouement pour l’œuvre de Lucian Freud n’a pas surpris. En novembre 2007, Ib and Her Husband, un portrait de la sœur de l’artiste brossé en 1992, avait déjà atteint 19,3 millions de dollars.

Ce record confirme la bonne santé du marché de l’art aux Etats-Unis. Chez Christie’s, 35 % des œuvres ont dépassé les estimations.

COUVREUR,DANIEL
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.