Avec Preud’homme, Gand vise le « Top 3 »

20080527kdec0021.jpg

Gand Le Liégeois a signé un contrat de trois ans
L’ancien coach du Standard est officiellement l’entraîneur de Gand. Le rêve est devenu réalité pour les Buffalos.

Mardi après-midi, c’était champagne et petits sandwichs à Gentbrugge ! Histoire de fêter un événement : la signature apposée par Michel Preud’homme, à 11 h 30, au bas d’un contrat de trois ans. Ce qu’on qualifie déjà de transfert de l’année est officiellement entériné. Le rêve est devenu une réalité à Gand et les éclats de rire émis à l’annonce de l’entame des négociations entre les Buffalos et l’ancien coach du Standard ne s’entendent plus.

« Mais je comprends qu’on pouvait en rire car moi-même je n’y croyais pas trop, savoure le président Ivan De Witte. Franchement, au début, je ne nous donnais que 20 % de chances de réaliser cette transaction. D’ailleurs, Michel Louwagie, notre manager, a dû me convaincre pendant dix minutes pour aller manger avec Preud’homme le soir où nous avons fait un grand pas vers ce contrat. Mais j’ai quand même douté jusqu’à l’annonce de son départ du Standard lundi. Il devait donner sa réponse la veille et, de notre côté, nous n’avions rien entendu ! »

Gand est donc parvenu à aller chiper l’entraîneur de l’année au Standard, mais aussi ses adjoints Manu Ferrera et Stan van den Buijs.

« Mais attention, cela s’est fait en toute transparence. J’avais averti la direction liégeoise que nous allions entamer des négociations. Elle ne s’y était pas opposée. La semaine dernière encore, j’en avais parlé avec Lucien D’Onofrio qui ne voyait aucun problème à ces discussions. Peut-être ne croyait-il pas que nous irions jusqu’au bout ? Mais j’étais acharné. Je voulais Preud’homme avec qui Gand a signé un contrat de trois ans sans clause libératoire. L’objectif est clair : grandir avec lui. Se qualifier pour l’Europe la saison prochaine et viser le “Top 3” dans deux ans pour s’y maintenir par la suite. »

Un défi que Michel Preud’homme, finalement, compare un peu à celui qu’il devait relever à Sclessin.

« Au Standard, chaque saison, l’objectif était de se qualifier pour une compétition européenne. On l’a dépassé en devenant champion. À Gand, ce sera la même chose, avec un budget inférieur, mais avec un noyau de qualité qui a un bon potentiel pour la Belgique. »

Et qui devrait encore se renforcer puisque le président gantois entend bientôt finaliser l’arrivée d’un attaquant. Puis, ses scouts vont partir en Amérique du Sud dénicher un médian créatif avant d’attirer un défenseur. Pour avoir finalement un noyau de 30 joueurs qu’il faudra réduire. Un travail qui incombera évidemment au nouvel entraîneur qui, après la conférence de presse, rencontrait le préparateur physique de Gand. Bref, le travail commence déjà.

« La facilité était de rester au Standard où je connaissais la maison et le groupe. J’aurais pu jouir de mes vacances. Ici, je vais devoir travailler avant la reprise des entraînements le 26 juin pour être prêt pour ce jour-là. »

Avec le professionnalisme qui le caractérise, Preud’homme ne laisse déjà rien au hasard. Et comme il a signé un contrat de trois ans, il entend mettre toutes les chances de son côté en prenant, par exemple, un pied-à-terre dans la région gantoise !

PAIROUX,ETIENNE
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.