Usain Bolt électrifie le 100 mètres

New York Le Jamaïquain a réussi 9.72 et battu Tyson Gay
Le jeune Jamaïquain a amélioré de 2 centièmes le record du monde de son compatriote Asafa Powell.

Il y avait de l’électricité dans l’air, samedi soir, sur la piste du stade Icahn de Randall’s Island, à New York. Les organisateurs avaient même dû reporter le début du meeting en raison de la pluie, puis l’interrompre pendant 45 minutes à cause de la menace d’un orage.

Pourtant, c’est un sprinter jamaïquain qui a fusé comme l’éclair sur la piste new-yorkaise. A 21 ans, Usain Bolt a déboulé avec un vent favorable de 1,7 m/s dans le dos et a franchi la ligne du 100 m en 9.72, battant au passage de 2 centièmes le record du monde que détenait son compatriote Asafa Powell depuis l’été dernier (9.74 à Rieti) et dominant l’Américain Tyson Gay, le champion du monde en titre, pourtant crédité d’un remarquable chrono de 9.85, le deuxième de sa carrière. Fait rare : cette course record a eu lieu après un premier faux départ. Qui n’a visiblement pas usé les nerfs des coureurs.

« Je savais qu’en sortant bien des blocs, j’avais ma chance. Je savais que la piste est rapide (NDLR : l’Américain Leroy Burrell y avait également battu le record du monde en 9.90 en 1991) et que j’étais prêt à courir dans les 9.70. Mais 9.72, c’est vraiment bon. Quand j’ai vu le temps sur le tableau, j’ai compris que j’avais réussi quelque chose de spécial ! », s’est réjoui Bolt, dont le chrono initial était de 9.71 avant d’être ramené à 9.72.

Le triomphe de cet athlète à la taille (1,93 m) et à la foulée impressionnantes n’est plus vraiment une surprise. Depuis le début de la saison, lui qui, jusque-là, s’était cantonné sur 200 m avec un brio certain, était passé à la distance la plus courte avec un incroyable bonheur. Le 3 mai dernier, à Kingston, sur ses terres, là aussi avec un vent soufflant tout près de la limite autorisée (+ 1,8 m/s), il avait notamment réussi 9.76 et s’était calé dans le sillage de Powell sur la liste des meilleurs performeurs de l’histoire. Deux semaines plus tard, à Port of Spain, la capitale de Trinité-et-Tobago, il était encore descendu sous les 10 secondes avec un chrono de 9.92.

Bolt, sacré champion du monde junior sur 200 m en 2002, est considéré depuis cette époque comme l’un des plus grands talents en devenir. Seul un manque de sérieux à l’entraînement l’avait empêché de le faire fructifier. Jusqu’à l’an dernier, où à Osaka, il avait conquis deux médailles d’argent sur 200 m (derrière Gay) et sur 4 x 100 m (derrière les Américains).

Aujourd’hui, il semble avoir pris conscience de son potentiel. Sous la houlette de son entraîneur, Glen Mills, il a enfin trouvé le chemin de la salle de musculation et parvient à dompter son corps de grand échalas qui lui a parfois joué des tours.

S’il a accueilli le record les bras ouverts, Usain Bolt n’en a toutefois pas fait une montagne. « Ce record du monde ne signifie rien tant que je n’aurai pas la médaille d’or aux Jeux olympiques ou un titre mondial », a-t-il précisé. Asafa Powell et Tyson Gay sont prévenus. Vivement le 100 m des Jeux de Pékin !

VANDE WEYER,PHILIPPE

 LE PORTFOLIO : Les records du 100 M masculin

Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.