Mel Ferrer, long et classe

Cinéma L’acteur américain est mort en Californie, à 90 ans
On a un peu oublié cet élégant dandy. Il a pourtant interprété près de 60 films. Et épousé Audrey Hepburn.

Mel Ferrer est mort dans son ranch lundi, à Carpinteria, en Californie. Il était né le 25 août 1917. Ce bel homme longiligne eut un succès fou pendant les années 1950, avec le tremplin de son mariage avec la belle Audrey Hepburn, qui dura de 1954 à 1968.

L’homme dansait. Il a commencé à Broadway, sur des airs de Cole Porter. L’homme écrivait. Il fit des scénarios à Hollywood. L’homme réalisait des émissions de radio. Il assista John Ford en 1947 pour Dieu est mort, puis tourna plusieurs films, dont Fureur secrète (1950) avec Robert Ryan et Claudette Colbert, Les vertes demeures (1959) avec Audrey Hepburn et Anthony Perkins qui, il faut l’avouer, ne laissèrent guère d’empreinte dans l’histoire du cinéma.

L’homme jouait du classique sur les scènes de théâtre. Il tourna dans près de 60 films avec des réalisateurs aussi importants que Richard Thorpe, Mario Monicelli, Fritz Lang, George Sidney, Jean Renoir, King Vidor, Roger Vadim, Henry King, Julien Duvivier, Henri Verneuil, Richard Quine, Nicholas Ray, Anthony Mann, Robert Rossen, Fassbinder… Sa décennie prodigieuse ? Les années 50. Avec L’ange des maudits (Fritz Lang, 1951), Scaramouche (George Sidney, 1952), Elena et les hommes (Jean Renoir, 1956) et, surtout, Guerre et paix (King Vidor, 1956) avec Audrey Hepburn et Henry Fonda.

Sa gloire déclina fin des années 60. Il tourna en Italie, en France. S’installa en Suisse. Revint aux Etats-Unis, refit du théâtre, tâta de la télé et puis se reposa.

VANTROYEN,JEAN-CLAUDE
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.