Un duo pour piloter Brussels Airlines

Transports Philippe Vander Putten quitte la direction de la compagnie

En langage diplomate, on appelle ça des divergences de vues. La réalité a sans doute été un peu moins lisse… Le conseil d’administration de la SN Airholding, qui chapeaute Brussels Airlines, a enregistré le départ du patron de la compagnie aérienne, Philippe Vander Putten (ex-Proximus, arrivé en septembre 2006) et a désigné deux personnes pour le remplacer : l’ancien directeur financier Michel Meyfroidt et le consultant qui suit la compagnie depuis sa création, Bernard Gustin.

Cela fait des mois que le courant ne passe plus entre l’administrateur-délégué et le conseil d’administration. Il est vrai que les orientations stratégiques concernant l’avenir de Brussels Airlines, donc les occasions de ne pas être d’accord, ne manquent pas : s’intégrer ou non dans une alliance, voire composer ou non avec une autre compagnie pour mieux résister à une crise pétrolière sans précédent, assurer un développement dans un aéroport bruxellois qui fait les yeux doux à la concurrence low cost…

Au sein d’un conseil d’administration hétéroclite (à l’image de l’actionnariat) et cadenassé par Etienne Davignon, un administrateur résume les tensions de ces derniers mois en ces termes : « Philippe Vander Putten n’avait plus une vision parfaite de la situation. » Il a bénéficié d’une indemnité de départ « classique », nous dit-on. Pas question d’un parachute doré…

« Formule définitive »

Pour pallier le départ du CEO, le conseil d’administration a nommé deux administrateurs délégués : Michel Meyfroidt, jusqu’ici administrateur et directeur financier, et Bernard Gustin, le « coach » du consultant Arthur D. Little, qui a joué un rôle clé dans la mise en œuvre du plan d’affaires qui a donné naissance à SN Brussels Airlines et assisté SNBA et Virgin Express dans leur processus de fusion.

Deux têtes plutôt qu’une ? Aux exemples de collaborations harmonieuses entre deux partenaires succèdent autant d’exemples de tentatives stériles de partage des pouvoirs. « C’est une décision collégiale faisant suite à une proposition commune, assure Michel Meyfroidt. Elle a été faite après réflexion, face aux challenges qui sont devant nous ». Pour Etienne Davignon, le président du conseil d’administration, « c’est une formule définitive, qui va permettre de renforcer l’équipe de direction ».

Les compétences des deux nouveaux patrons ont été délimitées. À Bernard Gustin la stratégie, le commercial, l’informatique. À Michel Meyfroidt la responsabilité opérationnelle, la finance et les ressources humaines. « Il était important que Michel Meyfroidt conserve ses attributions. Mais il manquait peut-être d’expérience pour assurer la gestion globale d’une grande société. »

Michel Meyfroidt continuera à siéger dans les entités qui assurent les lignes vers l’Afrique, vache à lait de la compagnie belge. Quant aux discussions concernant un rapprochement avec une autre compagnie, une alliance aérienne ou toute autre évolution : « L’urgence n’est pas dans la semaine, note la tête financière du nouveau duo, mais il faut agir en termes de mois, il faut commencer à choisir son camp… »

Les nouveaux administrateurs délégués prendront leur fonction le 11 juin prochain à l’issue de l’assemblée générale de SN Airholding.

RENETTE,ERIC
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.