M’enfin ! Gaston Lagaffe s’anime

Dessin animé Cartoon forum européen

Paresseux du trait, Gaston a mis 50 ans à bouger : le virus Franquin a contaminé le studio Normaal.

Ludwigsburg

De notre envoyé spécial

Le chat déchire le petit écran. Prunelle fait ses yeux furibonds. Gaston traîne les mots dans la bouche de Thomas Fersen et quand Moiselle Jeanne rosit, elle a tout d´une bombe. Les gaffes de Lagaffe s’animent sur un air de trompette à bulles de savon.

Le réalisateur français Alexis Lavillat réussit l’impensable : faire bouger Gaston au « millipoil » sans trahir la maestria originale d’André Franquin. Gaston est beau à pleurer, drôle à faire rire les mouettes. Le pilote d’une série de 78 épisodes de 7 minutes, entièrement créée à partir des dessins et des scénarios du maître, a été présenté jeudi au Cartoon forum européen. Monsieur De Mesmaeker a immédiatement proposé le contrat de 5,5 millions d´euros à France Télévisions, la RTBF et la TSR. France 3 diffusera les 26 premiers épisodes dès la rentrée 2009.

Jean-François Moyersoen, dont la société Marsu Production gère les droits de l’œuvre, et Isabelle Franquin, la fille du créateur, ont interdit de gommer quoi que ce soit dans les dessins. Pas question de remonter les boulettes ni de réécrire les bévues. Le studio parisien de Normaal Animation a digitalisé les planches originales pour mettre le trait de Franquin en mouvement. C’est la première fois qu’un personnage de bande dessinée passe de la case à l’écran sans perdre son âme graphique et narrative.

Très déçu par les adaptations du Marsupilami, Franquin avait tracé une ligne rouge de son vivant : « Je ne veux en aucun cas être l’esclave de cette télé gourmande qui avale les scénarios à profusion, qu’il faudrait concocter avec une équipe de dix scénaristes. » Alexis Lavillat a respecté son vœu : « Nous n’avons rien inventé qui ne se trouve déjà dans les albums. Un gag, représente entre 40 et 80 secondes d’animation, Ils sont regroupés pour former des épisodes de 7 minutes comprenant 4 à 6 sketches basés sur un thème ou un personnage récurrent. Il y a, par exemple, un épisode Jules-de-chez-Smith-en-face. »

Normaal Animation a dû résoudre le problème de l’évolution graphique de Gaston. Entre l’antihéros de 1958, souffre-douleur de Fantasio, le bricoleur harcelé par Prunelle dans les années 70 et le Gaston écolo humaniste, la ligne de Franquin s’est assouplie puis relâchée sur la fin. Le réalisateur a privilégié une époque : « On a choisi la grande période des années 70 et remplacé Fantasio par Prunelle dans les anciens gags. Franquin avait lui-même substitué Prunelle à Fantasio parce que le rôle de rabat-joie lui convenait mal. Frédéric Jannin est notre conseiller artistique et le garant moral du projet. Il a travaillé avec Franquin et nous aide dans les choix, notamment en ce qui concerne la couleur dont Franquin n’était jamais satisfait dans les albums. C’est du boulot de dentellière mais c’est une bénédiction de pouvoir travailler sur les dessins de Franquin. Le trait de Gaston bouge tout seul. Le mouvement ne le dénature en rien ! Ce personnage mou porte sa propre dynamique cachée. »

Alexis Lavillat s’est coulé au cœur de l’œuvre, laissant Franquin faire le reste : « Face à un dessin aussi sublime, on n’essaie pas de faire le malin. Tous ceux qui bossent avec moi sur le projet sont nés dans les albums de Gaston. Franquin, c’est un peu notre Beatle. On n’aurait jamais pu trouver 100 animateurs capables de dessiner comme lui. Il n’y avait pas d’autre solution que de servir naturellement son dessin en le préservant jalousement. On a voulu lui rendre ce qu’il nous a donné. »

La voix cachée de Gaston
Dessin animé Cartoon forum européen

Pour Olivier Nomen, le producteur de Normaal Animation qui a grandi en Belgique, la série animée de Gaston, présentée au Cartoon forum, s’inscrit dans un vrai retour aux sources : « À ses débuts dans Spirou, Gaston n’était pas un héros de bande dessinée. Le journal l’avait présenté comme un animateur de pages. Il n’avait pas d’albums. Son créateur, le Belge André Franquin, a débuté sa carrière dans un studio de dessin animé, chez CBA, à Bruxelles… La technique d’animation utilisée pour faire bouger Gaston rend un hommage respectueux au maître. Ce que l’on verra à l’écran est à 99 % de la main de Franquin. Les ordinateurs ne sont là que pour remplacer les bulles. »

Toute sa vie, Franquin a entretenu une relation d’amour-haine avec le dessin animé. En 1944, chez CBA, il signe le court-métrage du Chat d’la Mèr’ Michel. Le résultat le laisse « vraiment très déçu ». Dans les années 60, quand il est question d’une série animée du Marsupilami, il réagit froidement : « Il faut calculer son coup, y aller prudemment, car on pourrait arriver à des catastrophes. » Il réalise tout de même une bible graphique mais les Américains de Marvel clonent le petit animal de la forêt palombienne en super-héros. « Franquin est sorti de là avec le front lourd et de la fumée qui lui sortait des oreilles », témoignera son complice Yvan Delporte, ancien rédacteur en chef de Spirou. Finalement, c’est Walt Disney qui signe le contrat d’adaptation pour faire du Marsupilami « le Mickey de demain », avec le résultat innommable que l’on sait. Le bizness gomme l’art du créateur…

Pour éviter de répéter la gaffe, Normaal Animation choisit d’inverser le processus. Chez Gaston, l’affectif prime sur la rentabilité. « Les gags ressemblent déjà à de véritables dessins animés sur papier, raconte le réalisateur, Alexis Lavillat. Il n’était pas nécessaire de les passer à la moulinette de l’animation moderne. Et avec le millier de scénarios disponibles, la matière existante reste inégalable. Gaston est né dans un monde sans GSM, sans mail, sans mémoire d’ordinateur. C’est le remède idéal à notre époque de stress absolu ! Je pense que les jeunes ont encore plus besoin aujourd’hui qu’hier de personnages positifs comme Gaston, dépourvu de toute violence et méchanceté. C’est un rebelle tendre, qui défend des valeurs exemplaires à réactualiser d’urgence, telle la sieste. »

Thomas Fersen, c’est Gaston

Le plus difficile a été de faire parler Gaston. Au terme d’un casting prodigieux, le chanteur Thomas Fersen s’est imposé. « Un jeune lecteur avait écrit à Hergé que Tintin n’avait pas la même voix dans les dessins animés que dans les albums. Tout le problème est là ! résume Alexis Lavillat. Des stars ont postulé pour tenir la voix de Gaston. Certains en faisaient trop. D’autres sont restés tétanisés ou avaient un accent trop parisien. Franquin pensait que Gaston avait une voix de fumeur, celle de Jidéhem, l’auteur des décors des premiers gags. On a écouté un bout d’interview de Jidéhem et on a pensé à Thomas Fersen. Sur l’un de ses disques, il disait avoir pris la voix de son père quand il lui lisait les albums de Gaston. C’était la voix cachée qu’on attendait. »

Gaston est sans doute à ce jour la plus belle réussite de l’histoire des adaptations de héros de bande dessinée au petit écran. « Normaal » : la série a bénéficié du meilleur des animateurs, Franquin en personne.

COUVREUR,DANIEL
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.