Compte à rebours pour Shenzhou VII

Espace Trois taïkonautes sur le départ

La Chine se prépare à expédier trois astronautes en orbite. Un nouvel exploit, couplé à une sortie dans l’espace.

C’est un nouvel exploit technique que la Chine se prépare à accomplir dans les jours qui viennent.

 Après avoir réussi à lancer un premier « taïkonaute » (astronaute en chinois) en orbite en 2003, puis un équipage de deux autres hommes de l’espace pendant cinq jours en 2005, c’est une mission à trois qui se prépare actuellement au centre de lancement des satellites de Jiuquan (province de Gansu), dans le nord-ouest du pays.

 Si la météo se maintient, le décollage de la fusée Longue Marche 2F coiffée du vaisseau spatial Shenzhou 7 devrait intervenir jeudi soir. Toutefois, la fenêtre de tir est de cinq jours.

 Au second jour de la mission de Shenzhou 7, le pilote militaire Zhai Z

higang (42 ans), un des trois taïkonautes formant l’équipage, effectuera une sortie dans l’espace au moyen d’un scaphandre mis au point en Chine.

 Il quittera le module orbital du Shenzhou pendant une quarantaine de minutes mais restera attaché à celui-ci au moyen d’un filin.

 À l’occasion de sa « marche dans l’espace », il devrait également relâcher un petit satellite. Son collègue Liu Boming l’assistera depuis le module orbital tandis que le troisième membre de l’équipage, Jing Haipeng, suivra la manoeuvre depuis la capsule de rentrée atmosphérique du vaisseau Shenzhou.

 Pour assurer le bon déroulement de cette mission, qui devrait durer 68 heures au total, la Chine a déployé cinq navires « Longue Vue » dans les océans Pacifique et Atlantique. Ils sont chargés de surveiller la bonne marche du vaisseau spatial tout au long de ses orbites.

 Une vingtaine de stations fixes au sol complètent le dispositif de télémétrie spatiale de la Chine.

 Le centre de contrôle des vols habités se situe lui à Pékin (Beijing Aerospace Command and Control Center). C’est également à Pékin, à l’Isme (Institute of Space medical engineering) que se déroulent la formation des astronautes et leur suivi médical.

 Au terme de la mission, la capsule du Shenzhou devrait ramener les trois taïkonautes sur Terre du côté du désert de Gansu, en Mongolie intérieure.

Repères

1956. Retour en Chine de Tsien Hsue-Shen (Quian Xuesen, selon la retranscription actuelle). Celui qui sera le père de l’astronautique chinoise avait fait ses études de fuséologie aux Etats-Unis où il avait ensuite cofondé, avec Théodore Von Karman, le laboratoire aéronautique de Pasadena, qui deviendra ensuite le fameux JPL.

 24 avril 1970. La Chine devient le cinquième pays à mettre un satellite en orbite, après l’URSS, les Etats-Unis, la France et le Japon. L’engin diffuse un chant patriotique, « L’Orient est rouge ».

 26 novembre 1975. Lancement du premier satellite récupérable.

 Janvier 1992. Lancement du programme national « 921 ». Il s’agit du programme spatial habité chinois.

 Novembre 1999. Le premier vaisseau habitable « Shenzhou » du programme « 921 » est placé en orbite. Il effectuera 14 orbites avec un mannequin à son bord.

 2000-2001. Trois autres vaisseaux « Shenzhou », sans astronautes à bord, sont lancés par la Chine. Les capsules reviennent sur Terre après quelques jours. Leur module orbital reste en orbite plus de 200 jours.

 15 octobre 2003. Yang Liwei est envoyé dans l’espace à bord de « Shenzhou V ». Sa mission spatiale, qui dure 21 heures, fait entrer la Chine dans le club des désormais trois pays, avec les Etats-Unis et la Russie, capables d’envoyer par leurs propres moyens des êtres humains dans l’espace.

 Octobre 2005. Deuxième vol habité chinois, pour une mission de cinq jours, avec à son bord Fei Junlong et Nie Haisheng.

 24 octobre 2007. La Chine se lance à la conquête de la Lune. Sa sonde d’exploration, baptisée « Chang’e », est placée en orbite autour de notre satellite naturel. Elle y est toujours.

DU BRULLE,CHRISTIAN
Cette entrée a été publiée dans Sciences et santé, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.