C’est fini pour Mint et BFM

Radio Ciel Info décroche le dernier réseau de la Communauté française

Le CSA a tranché sans surprise : Ciel Info, la radio d’IPM, reçoit le U2. Mint et BFM sont définitivement morts.

Cette fois, le feuilleton du plan de fréquences de la Communauté française est définitivement terminé. Jeudi, le CAC (Collège d’autorisation et de contrôle) du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) a attribué à Ciel Info le deuxième réseau multivilles (U2) à côté de celui de Fun Radio. La notification doit être rédigée et l’information ne sera donc officialisée que le 16 octobre. Les sept représentants du PS, du CDH et d’Ecolo au sein du CAC ont apporté leurs voix à Ciel Info au contraire des trois représentants du MR. Celui-ci parle de décision « partisane et politicienne ». « Jamais le CSA n’a fait l’objet d’une instrumentalisation politique », réplique le président du Conseil, Marc Janssen.

IPM, l’éditeur de La Libre Belgique et de La Dernière Heure-Les Sports (et, par opposition à Rossel et Corelio, le seul groupe de presse francophone absent de l’univers de la radio jusqu’ici), n’avait postulé au printemps que pour un des quatre réseaux communautaires. Logiquement, ceux-ci avaient été attribués à Bel RTL, Contact, Nostalgie et NRJ. IPM, qui estimait son projet viable uniquement sur un communautaire, a revu ses ambitions à la baisse pour postuler à un U2 renforcé (23 fréquences au lieu de 15 et un réseau plus lourd financièrement donc).

De la radio info-talk dans la lignée d’Europe 1 et qui clamait viser 15 % de parts de marché (comme Contact !), il ne reste dans la version U2 qu’une radio de musique « pop, rock et soul » (créneau libre vu la disparition de Mint) et diffusant une grosse tranche d’info le matin (6 h 30-9 h) et un « fil info » le reste du temps.

C’est ce projet qui a été préféré à Mint (Radio H : Rossel, Contact, RTL), BFM et Al Manar. La radio pop-rock de RTL et la radio économique d’Alain Mahaux sont donc définitvement mortes. Mais plus que de choix, on pourrait presque parler de « choix par défaut ».

Renforcé par les décisions du Conseil d’Etat déboutant Mint et BFM et reconnaissant qu’il n’a pas « commis d’erreur d’appréciation » en leur refusant un réseau en juin, le CSA a éliminé les candidats pour des raisons différentes. « En fait, explique une source proche du dossier, le CSA a bien dû constater que Mint faisait toujours partie du groupe RTL et donc que l’argument de la concentration qui l’avait écarté il y a trois mois restait valable. BFM ne présentait pas un produit adapté à un réseau aussi large et, financièrement, ne pouvait garantir la mise en place et l’entretien d’un tel réseau. Enfin, Al Manar ne correspondait pas à la logique de ce réseau. » Par élimination, Ciel était donc l’heureux élu…

LAUWENS,JEAN-FRANCOIS
Cette entrée a été publiée dans Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.