Le Nobel 2008 pour Paul Krugman

Prix Critique virulent de George Bush

Le prix Nobel d’économie a été attribué lundi à l’Américain Paul Krugman, 55 ans, économiste spécialiste des échanges commerciaux, qui est aussi éditorialiste et use du vitriol dans ses chroniques contre l’administration Bush…

Professeur à la prestigieuse université de Princeton, il a été récompensé pour « avoir montré les effets des économies d’échelle sur les modèles d’échanges commerciaux et la localisation de l’activité économique », a annoncé l’Académie royale suédoise des sciences.

Ses analyses, très largement diffusées depuis la fin des années 1970, via de nombreux livres de vulgarisation et des centaines d’articles, ont permis de mieux comprendre la mondialisation de l’économie, la mobilité de la production, de la main-d’œuvre et des capitaux à travers une nouvelle approche conjuguée de l’étude économique et de la géographie.

Il a démonté les mécanismes des théories traditionnelles sur la production, selon lesquelles les écarts historiques ou socio-économiques entre les pays expliquent pourquoi des Etats développent des types de production différents.

Brown, sauveur du système

Paul Krugman a déclaré espérer pouvoir continuer à travailler normalement, en dépit de cette nouvelle notoriété : « J’espère que dans deux semaines, je serai de nouveau la même personne que celle que j’étais avant… »

Né le 28 février 1953, à Long Island, dans l’Etat de New York, Paul Krugman, il a suivi des études d’histoire à l’université Yale, puis au Massachusetts Institute of Technology (MIT), où il a obtenu son doctorat d’économie en 1977. Il a enseigné à Yale, à la London School of Economics, à Stanford et au MIT. En 1991, il a reçu la médaille John Bates Clark de l’American Economic Association, récompense prestigieuse qui faisait de lui un candidat potentiel au Nobel.

Paul Krugman enseigne actuellement à l’université de Princeton et, depuis 2000, tient une tribune dans le New York Times. Il est connu pour ses critiques virulentes contre la politique générale de George W. Bush, et sa politique économique en particulier.

Dans son dernier éditorial, Krugman a ainsi rendu hommage à l’action du Premier britannique Gordon Brown, allant jusqu’à se demander si ce dernier « n’avait pas sauvé le système financier mondial ». L’éditorialiste, estimant que le gouvernement travailliste a fait preuve « de clarté et de détermination » comme aucun autre pays dans la crise financière, critique au passage la réponse des Etats-Unis, qu’il a jugée d’emblée trop « idéologique ». (afp)

AFP
LES PORTFOLIOS :  Le Prix Nobel
Cette entrée a été publiée dans Economie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.