Scènes de guerre à Bombay

Inde La mégapole, capitale financière, cible d’attentats terroristes simultanés

AU MOINS 125 morts dans les attaques menées par un groupe jusqu’ici inconnu. Certains évoquent la marque d’Al-Qaïda.

NEW DELHI

DE NOTRE CORRESPONDANTE

Cest l’une des pires attaques terroristes perpétrées sur le sol indien. Et jeudi soir, l’Inde ne pouvait pas encore dresser le bilan final des batailles qui se livraient au cœur de Bombay, la capitale financière, et qui opposaient des terroristes retranchés face aux forces spéciales de sécurité.

Les victimes s’évaluaient à 125 morts comprenant au moins quatre Occidentaux (dont un Britannique, un Allemand, un Italien et un Japonais), 327 blessés, alors que 100 clients étaient toujours piégés dans l’hôtel du Trident-Oberoi, pris d’assaut par les attaquants islamistes.

« C’est la guerre à Bombay », titrait dès le matin The Times Of India, et « Terreur sans précédent à Bombay » affichait la une du Hindu. Car le mercredi, vers 21 h 15, entre 20 et 25 terroristes, débarqués par bateau et équipés de grenades, d’armes automatiques et de AK-47, se sont déployés à travers la ville. Hôtels de luxe du Taj et du Trident, gare ferroviaire de Chhatrapi Shivaji, hôpital de Cama ou restaurant privé du Leopold Café, les agresseurs ont investi dix cibles différentes, ouvrant parfois le feu sur les passants. Ils ont revendiqué leurs attaques pour le compte des « Moudjahidines du Deccan », organisation méconnue jusqu’alors.

Dès jeudi matin, les forces antiterroristes ont tenté de maîtriser les attaquants du célèbre et prestigieux palace du Taj, dont l’historique façade s’est peu à peu dégradée sous les explosions et les incendies.

Au fil des heures, les médias indiens, postés derrière un cordon sécuritaire, ont retransmis en direct à une nation choquée les évolutions des attaques spectaculaires perpétrées au Taj, mais aussi, non loin, à l’hôtel du Trident (anciennement Oberoi).

Dans le chaos et la confusion, la journée est restée suspendue aux déflagrations et aux échanges sporadiques de tirs provenant de ces bâtiments, rythmée par les récits horrifiés de survivants ayant réussi à s’échapper.

Enfin, dans la soirée, alors que de nombreux otages et civils avaient été évacués, les forces indiennes s’engageaient dans un grand assaut pour déloger les terroristes retranchés dans les deux hôtels ainsi qu’à Nariman House, dans un autre immeuble privé du quartier de Colaba, où un rabbin et sa famille avaient été pris en otages. Commandos antiterroristes, forces spéciales, policiers, soldats, élite des National Security Guards, ambulances et pompiers combinaient leurs efforts.

Sept agresseurs auraient été tués, un autre aurait été fait prisonnier, alors que plusieurs d’entre eux se seraient échappés.

Le chef de la police du Maharashtra, dont Bombay est la capitale, a confirmé la difficulté à secourir les otages de l’hôtel du Trident, dont certains seraient canadiens et israéliens : « Cette opération est conduite avec prudence afin d’éviter des victimes innocentes ». Selon un rescapé, les terroristes « voulaient tous ceux qui avaient un passeport britannique ou américain ». Parmi les clients piégés dans les chambres d’hôtel se trouvaient notamment des Occidentaux, hommes d’affaires et députés européens. Les personnes tuées comptent des membres du personnel hôtelier, et au moins quatorze policiers, dont le chef de l’unité antiterroriste de Bombay.

Par leur audace, leur cible et leur caractère anti-occidental, ces attaques marquent un tournant dans le terrorisme en Inde, selon les experts. Certains d’entre eux n’hésitent pas à évoquer la marque d’Al-Qaïda.

Dans la soirée, les services de sécurité indiens ont arrêté trois extrémistes, dont un ressortissant pakistanais, dans l’hôtel Taj. Mais alors que la nuit s’avançait, la situation restait confuse et témoignait de la difficulté à neutraliser tous les terroristes. Sous les fusillades, les 565 chambres et les 46 suites de l’hôtel, foulées par les personnalités du monde entier, étaient devenues un champ de bataille.

DOUGNAC,VANESSA
LE PORTFOLIO :  Attaques terroristes en Inde
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.