Tia s’en va avec l’or au cou et un bébé dans le ventre

tia.jpg
Saut en hauteur Nouvelle retraite après Henin et Gevaert

Rassasiée après son titre olympique et enceinte de trois mois, Hellebaut va se consacrer à sa vie familiale.

Dans l’invitation à la conférence de presse qu’elle a tenue ce vendredi matin au stade Roi-Baudouin, il était spécifié, sans plus, qu’« elle dévoilerait ses plans pour le futur. » Ce futur, pour Tia Hellebaut, ne passera plus par les sautoirs de hauteur. La championne olympique de Pékin a pris tout le monde par surprise en annonçant à la fois qu’elle mettait un terme à sa carrière et qu’elle attendait un enfant pour le mois de juin prochain !

« Quelques jours après avoir remporté l’or aux Jeux, la récompense suprême dans un sport comme l’athlétisme, je me suis rendu compte qu’il me serait difficile de me fixer de nouveaux objectifs, dit-elle. A 30 ans, avec des envies de maternité qui se faisaient de plus en plus pressantes, je me suis dit que c’était le bon moment pour arrêter et passer à autre chose. »

Wim Vandeven, son compagnon et, désormais, ex-entraîneur, aussi heureux qu’elle de la nouvelle, n’a (de toute évidence !) rien fait pour la dissuader. « J’ai senti dès la reprise des entraînements que ce serait difficile de repartir pour une nouvelle saison, confirme-t-il. Et, comme elle l’a dit, si on ne parvient plus à s’investir à 200 %, cela ne vaut pas la peine. »

A partir du mois de janvier, Tia intégrera l’équipe de Golazo sports, l’entreprise de marketing sportif qui gère ses intérêts, où elle renforcera la cellule qui s’occupe notamment du Mémorial Van Damme et de la Nuit de l’athlétisme. Elle sera également spécifiquement en charge d’un projet de promotion de l’athlétisme auprès des jeunes. Elle restera donc étroitement liée au sport qui a fait d’elle « la femme que je suis devenue. »

La carrière de Tia Hellebaut, si elle s’est bâtie patiemment, à l’école des épreuves multiples qui lui ont permis d’être une athlète complète, a culminé pendant un laps de temps finalement très court de trois saisons. Mais trois saisons pleines, de 2006 à 2008, pendant lesquelles elle a quasiment tout gagné. Durant cette période, en effet, à la seule exception des Mondiaux d’Osaka, en 2007, où elle s’était présentée diminuée par une préparation perturbée par une blessure à la cheville, elle a remporté tous les grands rendez-vous auxquels elle s’est présentée : l’Euro de Göteborg 2006, l’Euro indoor de Birmingham 2007, les Mondiaux indoor de Valence 2008, au pentathlon, et, last but not least, les JO de Pékin 2008, avec un nouveau record personnel à 2,05 m, le même que celui réussi en salle.

Des références qui démontrent que son départ à la retraite est un nouveau terrible coup dur pour le sport féminin belge qui, en moins de deux ans, a perdu, avec Kim Clijsters, Justine Henin, Kim Gevaert et elle, ses quatre meilleures athlètes, toutes de niveau mondial. Et le vide qu’elles laissent derrière elles est abyssal…

VANDE WEYER,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.