La Sabam supprime 57 emplois

Droit d’auteur Une décision qui n’est pas justifiée par la crise financière

La Société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs (Sabam) va procéder à une restructuration qui aura pour conséquence la perte de 57 emplois, soit 16,4 % des effectifs à la mi-2009, a-t-elle annoncé mercredi à la suite d’un conseil d’entreprise. Les employés feront l’objet d’un licenciement collectif. Le pourcentage de licenciements représentant plus de 10 % du personnel employé, la procédure Renault va être enclenchée.

Le président du conseil d’administration, le cinéaste Stijn Coninx, justifie cette décision par le contexte européen actuel, « en profond bouleversement ».

« La direction est arrivée à la conclusion que l’entreprise doit consolider sa position sur le marché belge. Ceci passe par une amélioration de ses performances. Cette consolidation doit permettre à la Sabam de renforcer sa position sur le marché européen », a expliqué pour sa part le directeur général, Jacques Lion.

La Sabam mettra tout en œuvre afin d’atténuer les conséquences découlant de cette restructuration en favorisant des départs négociés, a-t-il ajouté.

Une réflexion interne, impliquant la direction et certains membres du personnel, avait été lancée en janvier 2008 afin de « travailler mieux et différemment pour être plus efficace, a expliqué le porte-parole. Cela a pris une année, ce qui prouve que cela n’a pas été fait à la va-vite mais parce que c’était nécessaire. »

La crise financière n’a, selon le porte-parole, pas influencé le choix de la direction, même si celle-ci aura des répercussions sur les activités de la société. En effet, un tiers des recettes proviennent des perceptions auprès des médias émetteurs. Or, ceux-ci doivent faire face à une diminution des revenus publicitaires, a-t-il poursuivi.

« La crise que l’on connaît actuellement a plutôt conforté ou confirmé notre décision d’aller de l’avant en janvier 2009 », souligné.

Le personnel – des employés – a été informé mercredi après-midi, a indiqué de son côté Francis Stevens, secrétaire adjoint du Setca pour le non-marchand. « On leur a annoncé 57 licenciements secs et 20 licenciements avec départ à la prépension à 54 ans. Les conditions de licenciement et de prépension doivent être discutées. Les négociations doivent commencer. » Stevens a annoncé qu’il se rendra vendredi à la Sabam.

Quant à la réflexion interne, baptisée « Allegro » et visant à améliorer l’efficacité de la Sabam, le syndicat affirme avoir demandé à plusieurs reprises ce que cela voulait dire, sans obtenir de réponse satisfaisante.

Créée en 1922, la Sabam est une société privée a pour objet la perception, la répartition, l’administration et la gestion (dans le sens le plus large du terme) de tous les droits d’auteur en Belgique et dans les autres pays où sont conclus des contrats de réciprocité (avec ses sociétés sœurs, c’est-à-dire avec les autres sociétés de gestion collective de par le monde). (b)

BELGA
Cette entrée a été publiée dans Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.