Le Forum de Davos revêt sa tenue de pompier

Mondialisation

Le gotha international de la politique et des affaires se retrouve à partir de ce mercredi pour le grand round annuel du Forum de Davos, longtemps symbole du capitalisme flamboyant qui se rêve désormais en pompier de l’économie mondiale. Lieu de rencontre privilégié de quelque 2.500 hauts responsables, la 39e édition du Forum se déroulera cette année dans une atmosphère inhabituellement morose pour ce rendez-vous traditionnellement propice aux autosatisfactions.

Crise financière, économique, systémique et menaces liées au changement climatique tiendront le haut du pavé durant ces cinq jours de remue-méninges dans les Alpes suisses. « Nous sommes encore au milieu de la crise », a reconnu Klaus Schwab, président du Forum économique mondial, espérant que Davos, autrefois connu pour ses sanatoriums, sera le lieu où une « convalescence » mondiale se dessinera.

Pour cela, il compte surtout sur un panel fourni de personnalités. Parmi les 43 chefs d’Etat et de gouvernement – le double par rapport au quota habituel –, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, aura l’honneur, pour sa première visite, du discours inaugural. Autre invité de marque, son homologue chinois Wen Jiabao sera flanqué d’une suite importante d’hommes d’affaires. En revanche, l’absence de représentant significatif de la toute nouvelle équipe du président américain Barack Obama jette une ombre sur cet ambitieux programme.

Les experts n’attendent d’ailleurs pas de miracle de ce conclave. D’autant plus, selon eux, que les remèdes qui risquent d’être évoqués dans ce haut lieu du capitalisme ont peu de chance de marquer une rupture avec l’idéologie dominante. (afp)

AFP
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.