10.000 emplois à la trappe

Technologies Les prévisions d’Agoria pour 2009 ne sont guère encourageantes

L’industrie technologique est en première ligne face à la crise. Mais tous les secteurs ne souffrent pas pour autant.

A chaque jour, ses mauvaises nouvelles. Ce mercredi, Agoria, la fédération des entreprises du secteur technologique, faisait part de ses traditionnelles prévisions pour la nouvelle année. Sans surprise, elles sont « noir de noir » : recul de la production de 5 % et perte nette de 10.000 postes d’emploi, soit 3,3 % de l’ensemble de l’effectif.

Pour réaliser ces prévisions, Agoria se base sur une enquête clôturée au 15 janvier auprès de 266 de ses membres (46 % de l’emploi du secteur). C’est principalement dans le secteur automobile que la casse sociale sera la plus imposante ainsi que dans le secteur de la transformation du métal (voir infographie). Les secteurs de l’aérospatial et de la maintenance devraient par contre être épargnés.

En janvier, à peine la moitié des entreprises interrogées affichaient un niveau d’emploi inchangé (mis à part la suppression de postes d’intérim). Dans 37 % d’entre elles, des mesures limitées avaient été prises telles que le chômage temporaire, la non-reconduction des contrats temporaires ou des licenciements limités. Et 16 % d’entre elles avaient dû prendre des mesures plus lourdes comme le chômage économique de longue durée, les licenciements massifs… 2 % des entreprises étaient à l’arrêt.

Des situations différentes

Toutes les entreprises du secteur ne sont néanmoins pas à plaindre. 36 % des patrons interrogés prévoient d’engager en 2009. Soit parce que leur entreprise est présente sur des marchés peu influencés par la conjoncture (marchés publics…), soit parce qu’ils s’attaquent à de nouveaux marchés ou lancent de nouveaux produits… Agoria prévoit par exemple une légère progression des activités dans le secteur des technologies de l’information. Idem dans le secteur de l’électrotechnique (+ 3 %) qui devrait bénéficier des investissements dans l’énergie verte et de la manne régulière liée à l’entretien des centrales et du réseau de distribution d’électricité.

Les chiffres d’affaires devraient par contre être en forte baisse dans l’automobile (- 18,8 %), la transformation du métal (- 7,5 %), les métaux et matériaux (- 6,5 %)…

2009, année noire ? Agoria entrevoit des possibilités de retournement : les plans de relance européens et américains pourraient remettre l’économie sur les rails tout comme l’effet bénéfique des baisses de taux, des prix bas de l’énergie, de la reconstitution des stocks… « Mais cette relance ne pourra se réaliser qu’à la condition sine qua non d’une stabilisation du secteur financier », insiste Paul Soete, administrateur délégué d’Agoria. Afin d’amortir le choc, il demande aux pouvoirs publics d’élargir le système du chômage temporaire aux employés – 85 % des membres de la fédération y seraient favorables –, de soutenir l’octroi de crédit, d’aider les exportateurs en favorisant l’assurance-crédit et d’accélérer les investissements en infrastructure.

MUNSTER,JEAN-FRANCOIS
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.