Mise bas sur la terre ferme

Paléontologie Découverte d’une femelle baleine et de son fœtus

La baleine primitive pêchait en mer profonde, mais se reposait, s’accouplait et accouchait sur la terre ferme.

Parfaitement adaptées au milieu aquatique, les baleines n’ont pourtant pas toujours eu le « pied marin ». Au cours de l’évolution, ces mammifères ont subi une série de métamorphoses qui leur ont permis de coloniser les océans. Les restes fossiles des baleines primitives offrent donc de précieux indices aux paléontologues.

En 2000 et 2004, au Pakistan, Philip Gingerich, directeur du Musée de paléontologie de l’Université du Michigan, a mis le doigt sur un trésor : deux fossiles datant de 47,5 millions d’années. Une femelle attendant un petit et un mâle, de la même espèce jusqu’alors inconnue et baptisée Maiacetus innus.

C’est la première fois que des scientifiques mettaient la main sur un squelette fœtal d’une baleine appartenant au groupe disparu des Archéocètes. « Lorsque j’ai vu les petites dents, j’ai d’abord pensé que nous avions affaire à une baleine de petite taille, explique, dans la revue PLoS, Philip Gingerich. Mais nous avons ensuite trouvé des côtes qui étaient bien trop grandes pour la taille de ces dents. C’est alors que j’ai réalisé que nous avions trouvé une femelle avec un fœtus. »

La position du fœtus, tête vers le col de l’utérus comme c’est le cas chez les mammifères terrestres et non chez les baleines modernes, indique que ces baleines donnaient encore naissance sur la terre ferme. « Les dents des spécimens adultes, bien adaptées pour attraper et manger du poisson, suggèrent que ces animaux se nourrissaient dans la mer et revenaient sur terre pour se reposer, s’accoupler et donner naissance. »

« Maiacetus innus » serait donc l’un des chaînons manquant du chemin évolutif parcouru par les ancêtres des baleines modernes pour devenir les seigneurs des mers.

BINET,AUDREY
Cette entrée a été publiée dans Sciences et santé, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.