La Guadeloupe est au bord de la guerre civile

797893-01-08.jpg

Une personne a été tuée par balle dans la nuit de mardi à mercredi, en Guadeloupe. Depuis un mois, l’île des Antilles françaises est en proie à un mouvement social important qui s’était limité jusqu’ici à des manifestations imposantes et à une grève générale. Un malaise très éloigné des soucis parisiens et dont le gouvernement a tardé à prendre la mesure : la crise économique frappe très sévèrement les départements d’outre-mer.

Mais la mort d’un syndicaliste donne une nouvelle dimension au conflit : on n’est plus loin désormais d’un climat de guerre civile alors que les incidents se sont multipliés mercredi. Le gouvernement français a envoyé 300 policiers en renfort.

Le président Nicolas Sarkozy reçoit les élus de l’île ce jeudi soir. À la télévision hier soir pour rassurer les Français sur leur pouvoir d’achat, il a annoncé des mesures spécifiques pour l’outre-mer. Même si le social n’est pas tout : la crise en Guadeloupe a aussi une dimension raciale.

LE PORTFOLIO : Les Antilles grognent

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.