La santé, priorité mexicaine

7391118_phodoc4_090324_el3129534_jpg_0kgzx5yc.JPG
Commerce Une mission princière belge

Une délégation d’entreprises wallonnes en visite au Mexique. Une cible : la santé. IBA et Mithra ont des ambitions… à moyen terme.

Mexico

De notre envoyée spéciale

Investir malgré la crise, à cause de la crise, en vue de la reprise : tel pourrait être le slogan de la mission économique princière, cette semaine, au Mexique et au Panama. Mais les slogans n’empêchent pas la réalité. Et la crise n’aide pas nécessairement à accorder les esprits…

A Mexico, face aux businessmen belges, le président de la fédération patronale (FEB), Rudy Thomaes, a répété ce qu’il avait dit au Soir : après analyse des récessions combinées à une crise bancaire depuis les années 60, il apparaît qu’il faut « quatre trimestres pour toucher le sommet de la crise, ce qui nous amène au 3e trimestre 2009 ; et huit trimestres pour sortir de la crise, ce qui nous amène au 3e trimestre 2010. » Un pessimisme que ne partage pas l’Awex, l’Agence wallonne à l’exportation, dont l’administrateur général, Philippe Suinen, a une vision plus optimiste, qu’il résume ainsi : « Vivement l’été ! » Eté 2009 s’entend.

Reste que si Awex et FEB se rejoignent pour assurer que notre croissance dépendra aussi de nos investissements dans les pays émergents, il n’est pas question, ici, d’optimisme béat. Car tous le reconnaissent : « Le Mexique est un pays compliqué. »

La preuve par la société IBA de Louvain-la-Neuve. Après deux ans de travail, elle était sur le point de conclure un accord pour un projet. « Mais, en dernière minute, cela ne s’est pas fait, explique Pablo Veiga Torres, sales manager pour l’Amérique latine et centrale. Sans doute parce que nous n’avions pas de partenaire-distributeur ici. » Un incontournable mexicain…

Premiers pas

Reste que le domaine de la santé est l’un des secteurs clefs de cette mission économique. C’est d’ailleurs le thème de l’un des séminaires organisés au Mexique par l’Awex ; et un thème central du séminaire coorganisé par le Cercal (centre d’études des relations entre l’Union européenne et l’Amérique latine), Rims (partenaire flamand) et Conacyt (le FNRS mexicain), puisqu’il vise à la coopération scientifique entre le Mexique et l’Europe. Pays émergent, le Mexique dispose d’une classe moyenne désireuse de bénéficier d’une médecine moderne. Le marché est porteur. Même si, pour les sociétés belges qui ont fait le déplacement, il s’agit davantage de premiers pas que d’accords à conclure. C’est le cas d’IBA, dont l’objectif est de vendre son fameux cyclotron (accélérateur de particules). Il est venu « semer », rencontrer des partenaires potentiels et des autorités.

Car ici, il faut voir et revoir pour que la semence prenne. Mais la patience devrait être porteuse : « Pour nous, l’Amérique latine est un marché clef, confirme Pablo Veiga. Et au Mexique, le potentiel est grand, car le pays en est au développement de la médecine nucléaire. »

Même raisonnement du côté de la société liégeoise Mithra Pharmaceuticals, spécialisée dans la santé féminine : « Le Mexique est un marché où la santé féminine et la gynécologie constituent un secteur émergent », explique Eric Poskin, porteparole de la communication stratégique. Mithra, déjà présent au Brésil, a donc saisi l’opportunité de la mission princière pour venir « prendre le pouls » du marché mexicain, « se familiariser avec le lieu, la culture, les mentalités. C’est un début, mais dans trois mois, on aura un contrat de distribution de médicaments !, assure Eric Poskin, parce que l’on prend le temps d’écouter les gens. » Autre incontournable mexicain.

DUBUISSON,MARTINE
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.