Wikipédia fait le plein d’images

Technologies « Encarta » de Microsoft jette l’éponge et fermera en octobre

L’encyclopédie libre reçoit une avalanche d’images libres d’utilisation. Et s’est peu à peu forgé une crédibilité.

Wikipédia, l’encyclopédie libre dont les internautes sont les éditeurs a le vent en poupe, malgré des problèmes chroniques de financement. En décembre, Wikimédia, la fondation qui gère Wikipédia avait reçu un don de 100.000 photos tirées des archives fédérales allemandes, s’étalant sur plus d’un siècle. Mardi, c’est la bibliothèque universitaire de Dresde qui vient de signer un accord de coopération similaire.

Dans un premier temps, ce sont 250.000 photos, tirées de ses archives qui vont être mises à la disposition de Wikimédia. Toutes ces photos sont sous la licence « Creative Commons », qui permet l’utilisation de ces œuvres avec un large degré de liberté.

Les photos ainsi que toutes les données descriptives qui les accompagnent, seront transférées dans les prochains mois par des équipes de bénévoles. Elles pourront ensuite être enrichies de commentaires et, si nécessaire, identifiées et géographiquement situées par la communauté des internautes. Elles seront librement utilisables par le grand public et serviront également à illustrer des articles de l’encyclopédie.

Petit à petit, Wikipédia a gagné ses lettres de créance face à une communauté scientifique longtemps méfiante face à une encyclopédie que n’importe qui peut modifier sans même s’identifier sur le site. C’était compter sans l’impressionnante efficacité de l’autorégulation, érigée en principe par Wikipédia. Ses collaborateurs sont pour la plupart des internautes dont les motivations vont de la soif de partager des connaissances jusqu’au désir de reconnaissance par leurs pairs pour leurs contributions.

Qu’un article soit écorné par un éditeur biaisé ou par pur vandalisme électronique et très vite, une série de mécanismes éprouvés vont corriger les débordements. Et désormais, il n’est plus rare que ce soit les spécialistes d’une discipline qui contribuent eux-mêmes à la production des connaissances sur Wikipédia.

Encyclopédies désuètes

Les encyclopédies concurrentes, qui avaient accueilli avec commisération l’arrivée de Wikipédia il y a huit ans, subissent la crise de plein fouet. En février dernier, Microsoft a annoncé qu’il arrêterait la vente de sa très populaire encyclopédie Encarta à partir du 30 juin prochain. La version en ligne restera cependant disponible jusqu’en octobre 2009. « Aujourd’hui, toutes les infos qui étaient contenues dans Encarta sont disponibles sous d’autres formes, en ligne », explique la porte-parole de Microsoft Belgique, Aurélie Couvreur. Quant à la forte orientation pédagogique qu’avait adoptée Encarta, elle ne semble plus satisfaisante aux yeux de Microsoft. « Aujourd’hui, l’enseignement consiste à apprendre aux enfants à chercher de l’information puis à croiser leurs sources, poursuit Aurélie Couvreur. Les encyclopédies sont devenues un peu désuètes, quel que soit le support ».

Peu à peu, Wikipédia semble donc faire le vide autour d’elle, montrant la validité d’un modèle collaboratif longtemps moqué par ses détracteurs. Qui aujourd’hui quittent la scène sur la pointe des pieds.

Repères

Wikipédia. Créée en 2001 par l’homme d’affaires américain Jimmy Wales et un groupe de collaborateurs, Wikipédia s’est définie d’emblée comme un projet collaboratif de partage d’idées avant de se transformer progressivement en une encyclopédie librement accessible sur le Net. Wikipédia est disponible en un grand nombre de langues, y compris le wallon et l’espéranto. Elle compte plus de 2,8 millions d’articles en anglais et 774.000 en français.

Financement . L’encyclopédie vit de dons. En janvier dernier, elle a annoncé qu’elle avait récolté 6,2 milliards de dollars en six mois. La bande passante nécessaire pour accueillir ses millions de visiteurs coûte très cher pour un site qui ne tire aucun revenu de la publicité.

Organisation. Les différentes fonctions éditoriales sont occupées par les internautes. Des administrateurs peuvent notamment bloquer les adresses internet de contributeurs « vandales ». Un comité d’arbitrage, dont les membres sont élus pour une courte période par les utilisateurs de Wikipédia, gère les cas sensibles ou polémiques.

Wikimédia. C’est la fondation qui chapeaute Wikipédia et d’autres sites frères comme Wiktionary, un dictionnaire libre et gratuit.

Liens. Wikipédia est accessible à l’adresse www.wikipedia.org , où l’on peut choisir sa langue. Un point d’entrée vers les photos des archives fédérales allemandes se trouve à l’adresse http://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Bundesarchiv/fr .

JENNOTTE,ALAIN
Cette entrée a été publiée dans Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.