Aide express à la presse et Conseil de déontologie

Médias Vote de deux décrets importants pour l’avenir de la presse démocratique au parlement de la Communauté française

La proposition de décret en vue du paiement accéléré de l’aide directe à la presse 2009 pour les quotidiens francophones a été adoptée mardi par le parlement de la Communauté française.

Devant l’urgence de la dégradation de la situation économique de certains journaux, la ministre Fadila Laanan a cherché à apporter rapidement un ballon d’oxygène financier aux quotidiens qui le demandent.

Une avance sur les aides 2009 sera versée au plus tôt. Elle correspondra à 85 % de l’aide versée à chaque entreprise de presse en 2008. À noter que le versement des aides à la presse sera en partie conditionné au nombre de journalistes employés dans les quotidiens concernés.

En cas de réduction du nombre de journalistes entre septembre 2008 et septembre 2009, la seconde tranche de l’aide à la presse 2009 sera amputée d’un tiers du montant attribué au journal. Sauf si la réduction de l’emploi résulte d’un accord social négocié dans les règles.

Le parlement a également adopté, à l’unanimité des partis démocratiques, le décret consacrant la création d’un Conseil de déontologie journalistique (CDJ). Une instance de ce type existait déjà au nord du pays. Son organisation était attendue depuis plusieurs années côté francophone.

Consensus autour du Conseil de déontologie journalistique

La proposition finale a été déposée par les quatre groupes démocratiques du parlement, majorité et opposition confondues. Le projet a été élaboré au cabinet de la ministre Fadila Laanan, en étroite concertation avec les représentants des journalistes, des rédacteurs en chef et des éditeurs.

Il aura fallu trois ans pour nouer un dialogue constructif entre les associations représentatives des journalistes, les éditeurs de presse écrite et ceux du secteur audiovisuel, afin de convenir des modalités de soutien à l’Instance d’autorégulation de la déontologie journalistique (IADJ) pour la mise en place de ce nouveau Conseil de déontologie journalistique. La concertation soutenue par la ministre a permis d’aboutir à un texte qui a fait consensus.

Une jurisprudence à élaborer

Le décret règle aussi la question des modalités de reconnaissance et de financement de cette instance. Il prévoit que la Communauté française assurera la moitié du financement, autrement dit la part à charge de l’Association des journalistes professionnels (AJP). L’autre moitié sera assumée directement par les entreprises de médias. Le texte prévoit aussi que ce nouvel organe comptera parmi ses membres des représentants des médias publics comme privés, des fédérations de médias de la Communauté française, et de l’AJP.

L’IADJ sera le gardien des règles communes de déontologie journalistique et devra élaborer une jurisprudence partagée par l’ensemble des médias. Créé au sein de l’IADJ, le Conseil de déontologie journalistique comptera 20 membres : 6 représentants des journalistes, 6 représentants des éditeurs, 2 représentants des rédacteurs en chef et 6 représentants extérieurs au secteur.

COUVREUR,DANIEL
Cette entrée a été publiée dans Belgique, Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.