Un nouveau pas en avant pour l’antidopage

Passeport biologique Cinq premiers noms révélés

Depuis ce mercredi après-midi, le passeport biologique n’est plus un ensemble de mesures théoriques. Mis progressivement en place au cours de la saison 2008, véritablement opérationnel depuis le début de l’année en cours, le plus vaste programme de lutte antidopage jamais mis sur pied par une fédération sportive a en effet porté ses premiers fruits, avec la révélation des noms de cinq premiers coureurs suspectés de dopage, non pas parce que l’on a détecté des substances interdites dans leur organisme, mais parce que leurs valeurs sanguines présentaient des anomalies par rapport à leur profil hématologique théorique.

En d’autres mots, les Espagnols Igor Astarloa, Ruben Lobato Elvira et Ricardo Serrano Gonzalez ainsi que les Italiens Pietro Caucchioli et Francesco De Bonis sont tombés parce que les résultats des contrôles réalisés sur eux établissaient des écarts injustifiables par rapport aux données les concernant. Autrement dit : on ne sait pas ce qu’ils ont fait, mais ils ont bien dû faire quelque chose pour expliquer ces différences…

Même si l’Union cycliste internationale (UCI), démesurément prudente en raison du vide juridique dans lequel elle a choisi de s’avancer, a pris la précaution d’insister sur la présomption d’innocence des coureurs concernés et s’est bien gardée de suspendre ceux-ci, le résultat est là : l’équipe Lampre a été la première à réagir en annonçant qu’elle suspendait immédiatement son coureur Caucchioli « en vertu de ses propres règles et du contrat passé avec lui », tout en faisant remarquer que « la valeur anormale qui a alerté les experts antidopage date de septembre 2008, avant le Tour de Pologne, alors que le coureur ne portait pas encore les couleurs de Lampre à l’époque (NDLR : mais celles du Crédit Agricole de Roger Legeay). » Dans la foulée, Diquigiovani a suspendu De Bonis et il ne fait aucun doute que les autres équipes concernées (Amica Chips et Fuji-Servetto) réagiront à leur tour, voire les fédérations dont ces coureurs dépendent, puisque ce sont elles qui sont susceptibles de prononcer des suspensions au final.

Quoi qu’il en soit, si l’on excepte le cas d’Astarloa qui fut un coureur marquant en 2003 (mais qui est invisible depuis), on relèvera que ce premier coup de filet, pour symbolique qu’il soit, ne concerne que des seconds couteaux. Et on attend la révélation, dans les prochains jours, du reste de la liste. Dont la rumeur dit qu’elle comporte 45 autres noms. Qui peut-être ne seront pas tous aussi accessoires…

Les coureurs ciblés

Igor Astarloa

33 ans, Espagne

Amica Chips (2e division)

Flèche wallonne 2003

Champion du monde 2003 Sans résultats depuis.

Pietro Caucchioli

33 ans, Italie

Lampre

2 étapes du Giro 2001

3e du Giro 2002

Sans résultats depuis.

Riccardo Serrano

30 ans, Espagne

Fuji-Servetto

Une étape du Tour

de Romandie 2009.

Ruben Lobato

30 ans, Espagne

Sans équipe en 2009

Sans résultats.

Francesco De Bonis

27 ans, Italie

Diquigiovanni

Une étape du Tour

de Romandie 2008.

MERTENS,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.