La prestation de serment la plus médiatique de l’année

Jamais, sans doute, le parlement bruxellois n’avait connu une telle effervescence et un tel déferlement médiatique. Mardi après-midi, comme les 88 autres députés régionaux, Mahinur Özdemir a prêté serment. Sous les applaudissements nourris. Et sans incident communautariste.

Ni communautaire, d’ailleurs, puisqu’Antoinette Spaak, de son côté, a bredouillé quelques phrases en néerlandais.

Une seconde d’éternité au Parlement

Bruxelles Effervescence médiatique à la prestation de serment

Ça commence dans la cohue. Jamais, peut-être, le Parlement bruxellois n’a connu pareille effervescence. Caméra au poing, appareil photo en bandoulière, stylo affûté, une meute de journalistes se mêle à la foule bigarrée des parents, amis et sympathisants des 89 députés qui vont bientôt prêter serment sur la Constitution.

Passé le portique de la rue du Lombard, c’est la mêlée. Les services du Parlement sont rapidement débordés, jusqu’à invoquer la sécurité pour barrer l’accès aux retardataires. Il faut jouer des coudes ou de l’intox pour gagner un hémicycle transformé en étuve par la foule. Beaucoup devront s’agglutiner devant les écrans installés à l’accueil pour vivre la séance plénière…

Au perchoir, la sérénité de trois femmes contraste avec l’agitation du public et des médias. Au centre, Antoinette Spaak (MR-FDF), la doyenne du Parlement appelée à présider la prestation de serment. Elle est flanquée des plus jeunes élues du Parlement. A sa droite, Els Ampe (VLD) se présente dans une petite robe d’été colorée et généreusement échancrée. A sa gauche, Mahinur Özdemir (CDH) campe dans une stricte tenue gris beige. Mais on ne remarque que le foulard à carreaux blancs et dorés qui enserre son visage…

Il est 14 h 30. Antoinette Spaak ouvre la séance. En français dans le texte. L’élu CD&V Walter Vandenbossche s’agace très vite et réclame une traduction en néerlandais. Els Ampe va s’en charger spontanément. Un premier écueil communautaire est évité. D’autant qu’Antoinette Spaak va surprendre son monde en déclinant l’un ou l’autre passage du rituel protocolaire en néerlandais. « Je n’avais aucune obligation. J’ai fait un effort de courtoisie », commentera l’intéressée au terme de la séance.

L’assemblée glisse rapidement sur la validation réglementaire des opérations électorales et des pouvoirs de chacun des groupes linguistiques. Arrive enfin le moment tant attendu des prestations de serment. Pendant une vingtaine de minutes, chacun des 89 députés va se redresser pour prononcer la phrase rituelle : « Je jure d’observer la Constitution » pour les francophones. « Ik zweer de Grondwet na te leven » pour les néerlandophones. Dans les deux langues pour une quinzaine de députés de tout bord, du MR Olivier de Clippele au VLD Guy Vanhengel, du PS Bea Diallo à l’Ecolo Christos Doulkeridis, de la SP.A Sophie Brouhon au Groen Bruno De Lille. Le ministre-président Charles Picqué, comme la plupart des ministres, les rejoint et provoque une salve d’applaudissements…

Et puis Mahinur Özdemir se relève derrière son pupitre, lève la main droite et prononce le serment dans un assourdissant crépitement de flashs. Les objectifs d’Al-Jazira et des médias turcs présents dans la salle aux côtés des télés nationales n’ont rien manqué de sa gestuelle. L’instantané médiatique, accompagné d’applaudissements – nourris dans les rangs du CDH – aura duré une seconde d’éternité.

Aucune tension n’aura finalement perturbé la cérémonie. Personne ne l’a voulu. Mais les interrogations demeurent. Charles Picqué résumera l’impression générale en parlant de « non-événement », espérant que l’élue contribuera dans son action parlementaire à « construire des ponts et non des barrières. Il faudra l’évaluer sur ses actes. A Bruxelles, la multiculturalité est un fait. Mais on n’évitera pas dans les années qui viennent le débat sur le communautarisme ».

L’incident est clos. Provisoirement.

Sans les Arméniens

Le Comité des Arméniens de Belgique précise qu’il n’est pour rien dans l’initiative du Comité de Vigilance Citoyen de déposer plainte, au Centre pour l’Egalité des chances, contre les propos négationnistes qu’aurait tenus Mahinur Özdemir concernant le génocide arménien. (R. G.)

Voile au parlement : « Un débat à la rentrée »

ENTRETIEN

C’est l’homme qui a lancé la polémique, dans Le Soir, en suggérant d’interdire aux parlementaires le port de signes religieux ou philosophiques. Député fédéral MR, Denis Ducarme persiste…

La première députée voilée d’Europe continentale est installée : défaite pour la démocratie, à vos yeux ?

Non ! Elle est élue légitimement. Et je compte bien l’en féliciter. Je n’ai rien contre elle ni contre la communauté musulmane. La question est de savoir comment nous organisons la neutralité de l’Etat au sein des assemblées parlementaires.

Un député n’est pas soumis au devoir de neutralité…

C’est plus une question de principes que de droit. Chacun a ses convictions mais j’estime qu’un parlementaire est tenu à un minimum de réserve, étant donné que certaines de ses activités relèvent de la représentation de l’Etat. Quand il est en mission à l’étranger, le parlementaire représente l’Etat belge. Il convient alors qu’il n’affiche pas ses convictions.

Les prêtres qui ont siégé pour Groen et Ecolo n’ont pas dû dissimuler leur crucifix…

Ce qui était vrai hier peut ne plus l’être demain. Ouvrons au minimum le débat !

Mais serez-vous suivi ?

Il est vrai que je n’ai jamais senti la gauche parlementaire laïque aussi amorphe, face à telle immixtion du religieux dans le champ politique. S’il le faut, nous monterons au front sans eux.

Au MR, Louis Michel et les députés fédéraux Olivier Destrebecq et Xavier Baeselen désapprouvent votre proposition.

Il y a unanimité, au MR, pour que le débat se tienne. D’ailleurs, nous déposerons des propositions, dès la rentrée, dans toutes les assemblées parlementaires. On est à la croisée des chemins : il s’agit de trancher entre un modèle de société pluraliste ou un modèle de société communautariste.

DUBOIS,FRANCIS,GUTIERREZ,RICARDO,LEPRINCE,PATRICE
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.