La Terre a tourné sans Twitter

Réseaux sociaux Une indisponibilité de trois heures

Les 17 millions d’utilisateurs Twitter ont retenu leur souffle hier, entre 15 heures (heure de Bruxelles) et 18 heures. Le site de microblogging a été attaqué pour la première fois par des pirates. Une attaque massive le rendant complètement inaccessible. « En ce jeudi matin, Twitter est la cible d’une attaque de déni de service. De telles attaques viennent d’initiatives malveillantes orchestrées pour rendre inaccessibles des services tels que les banques en ligne, et, en l’occurrence, Twitter », expliquait le cofondateur de la société Biz Stone sur le blog de Twitter.

Aux alentours de 18 heures, le site connaissait encore quelques ratés, mais tout rentrait dans l’ordre progressivement.

Ce type d’attaque n’est pas nouveau sur le Web. Quel est donc l’intérêt de rendre Twitter indisponible pendant trois heures ? Ce n’est ni une banque ni un site à risque qui détient des informations sensibles, bien que son rôle a été très important dans les dernières manifestations en Iran. Ici, rien à voler si ce n’est le compte d’un utilisateur. Généralement, ces cyberattaques sont réalisées par des pirates peu expérimentés à des fins de chantage ou de publicité (pour les pirates).

A en croire le blogueur spécialisé Korben, ce ne serait pas l’œuvre de débutants : « Pour surcharger Twitter de cette façon, il faut vraiment avoir accès à un gros réseau d’ordinateurs zombies, c’est-à-dire piratés et contrôlés à distance par des hackers, pour noyer les serveurs de Twitter. Ce n’est pas un travail de novice. Plutôt le travail d’un ou plusieurs pirates ayant accès à ce genre de grands réseaux. » Ce jeudi, des analystes ont aussi relevé que Facebook et d’autres réseaux sociaux ont été victimes de fortes perturbations.

Coïncidence ou non, en l’absence de revendication, il est difficile d’extrapoler.

L’indisponibilité du site n’a pas empêché Wall Street d’ouvrir en hausse, à la police d’arrêter un membre présumé de l’ETA… Bref, la Terre a continué à tourner. On respire.

STAGIAIRE
Cette entrée a été publiée dans Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.