Le feu menace toujours Athènes

Tout le week-end, les pompiers ont lutté pour éteindre les flammes

Des centaines de pompiers étaient toujours mobilisés dimanche contre les feux qui gagnaient du terrain dans des zones boisées aux portes d’Athènes, menaçant des banlieues de la capitale grecque où de nombreux habitants ont dû abandonner leurs maisons.

Les autorités ont fait évacuer deux hôpitaux pour enfants, une clinique psychiatrique, une maison de retraite et un camp de vacances dans les zones menacées par les incendies à l’est d’Athènes, où pourtant de nombreux habitants refusaient de quitter leur maison et comptaient lutter eux-mêmes contre le feu.

En raison des vents tournants, les incendies, qui se propagent depuis samedi dans les banlieues résidentielles d’Agios Stefanos, Anthousa, Gerakas et Pallini, à moins de 30 km de la capitale, menaçaient dimanche d’autres localités comme Penteli, Dionysos et Stamata, où vivent quelque 60.000 habitants, selon les pompiers.

Dimanche, plus de 600 hommes du feu étaient sur le pied de guerre pour stopper le feu, mais de forts vents et une épaisse fumée contrariaient les opérations des bombardiers d’eau.

« Les conditions météorologiques ne permettent pas aux appareils d’opérer comme il le faudrait et ils laissent derrière eux de nombreux secteurs où le feu couve encore », a déclaré le préfet d’Athènes, Yiannis Sgouros. Selon des estimations officielles, environ 12.000 hectares de forêts ont déjà été dévastés depuis le départ du feu dans la nuit de vendredi à samedi.

Au Portugal aussi

Des feux de forêt continuaient également de sévir dans le nord et le centre du Portugal dimanche après-midi, mobilisant près de 400 pompiers et une dizaine de moyens aériens, selon le dernier bilan de l’Autorité de la protection civile. L’incendie le plus important faisait rage à Pega, dans les environs de Guarda (centre). (afp)

AFP
Cette entrée a été publiée dans Monde. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.