Apple mise gros sur les jeux vidéo

Technologies Steve Jobs a fait sa première réapparition en public depuis un an

Je suis debout et de retour chez Apple ». C’est un Steve Jobs à la voix un peu cassée et visiblement ému qui a fait sa première apparition en public depuis octobre 2008, à l’occasion de la traditionnelle présentation commentée des nouveaux produits, à Los Angeles. Il a expliqué avoir subi une greffe du foie il y a plusieurs mois, grâce au don d’organe d’un homme mort dans un accident de voiture.

Durant une heure, Steve Jobs et plusieurs de ses lieutenants ont passé en revue les mises à jours apportées une série de ses produits phares comme l’iPhone, l’iPod et le logiciel iTunes. Faute d’un nouveau produit magique à sortir de son chapeau dans l’immédiat, Apple s’est surtout contenté de marteler une série de chiffres qui montrent à quel point la firme californienne a mis le marché des baladeurs numériques et de la musique en ligne en coupe réglée.

Ainsi, Apple a vendu près de 225 millions d’iPod et 30 millions d’iPhone. Sur son magasin en ligne, l’iTunes music store, ce sont 8,5 milliards de chansons qui ont été vendues à cent millions de clients enregistrés. Enfin l’App store, la plate-forme qui permet de faire son marché parmi 75.000 logiciels pour l’iPhone et l’iPod Touch, a enregistré 1,8 milliard de téléchargements en moins d’un an. Des logiciels qui vont de Facebook à Skype en passant par une kyrielle de jeux.

Apple poursuit à grand pas le positionnement de l’iPhone et de l’iPod Touch comme des consoles de jeu. Des jeux qui font parfois d’étonnants cartons. Ainsi Tap Tap Revenge, un jeu musical créé par la firme Tapulous a été vendu à dix millions d’exemplaires à 0,79 euro. « Dans nos rêves les plus fous, nous avions espéré atteindre le million de téléchargements après un an, lance le patron de Tapulous, le Belge Bart Decrem. On y est arrivés en tout juste trois semaines ! ».

Tapulous lance un nouveau jeu musical, Riddim Ribbon, qui utilise des chansons spécialement remixées des Black Eyed Peas. Il ira rejoindre 21.000 autres jeux que l’on peut télécharger sur l’App store.

Une caméra dans le Nano

Apple a également présenté une nouvelle version d’iTunes. Ce logiciel permet de gérer la musique et les vidéos sur son ordinateur puis de les synchroniser avecl’iPod ou l’iPhone. Parmi les nouveautés on citera le home sharing, qui permet de partager la musique achetée avec d’autres ordinateurs présents dans la maison ainsi que la fonction « 33 tours » (LP). « La disparition du vinyle a fait perdre aux passionnés de musique des illustrations, des notes de pochette et d’autres informations qui n’ont pas toujours pu être conservées lors des transferts vers le CD, a regretté Steve Jobs. Avec iTunes, on pourra retrouver et stocker dans sa bibliothèque numérique une partie de ces documents inestimables ».

Enfin, Apple a annoncé une nouvelle version de l’iPod Nano, désormais équipé d’une petite caméra et d’une radio FM. La version la moins chère coûtera 149 dollars avec une capacité de 8Go.

Nombre d’observateurs présents se disaient cependant déçu par les nouvelles annonces d’Apple. Certains espéraient que la firme à la pomme annoncerait le deal très attendu pour la mise en ligne du catalogue des Beatles (lire ci-contre. Ce ne sera pas pour cette fois-ci.

Les Beatles toujours pas sur iTunes

Les Beatles toujours pas sur iTunes

Les fans des « quatre garçons dans le vent » attendent toujours de pouvoir télécharger légalement des tubes des Beatles sur Internet.

Ce n’est pas encore pour demain. EMI, la firme de disques, a fermement démenti les rumeurs selon lesquelles le catalogue des Fab Four allait être disponible sur iTunes, la plate-forme de téléchargement vedette d’Apple.

Contrairement à ce que prétendaient certains médias avec un aplomb impressionnant, Steve Jobs, l’homme fort de l’entreprise californienne, n’a pas annoncé l’arrivée des Beatles sur iTunes lors du grand rendez-vous annuel organisé par Apple.

L’iPhone confirme sa percée en Belgique

Le téléphone portable d’Apple lancé l’été passé occupe la cinquième place sur le marché du GSM belge. C’est le bureau d’études GfK qui l’a révélé au Tijd.

La part de marché de l’iPhone sur ce segment ? Mystère mais selon GfK, elle ne devrait pas augmenter dans les mois à venir. Le produit reste populaire mais l’engouement est stabilisé. C’est Nokia qui domine toujours le marché du gsm sur notre sol.

JENNOTTE,ALAIN
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.