Tout le monde se lève pour Kim

US Open La presse internationale encense la Limbourgeoise

Rarement succès aura-t-il fait autant l’unanimité et provoqué autant d’admiration que celui de Kim Clijsters en finale de l’US Open, ce dimanche. La victoire de la Limbourgeoise sur la Danoise Caroline Wozniacki en deux sets, 7-5, 6-3, la première dans un tournoi du Grand Chelem d’une joueuse ayant bénéficié d’une invitation, a été saluée par l’ensemble de la presse internationale.

« Même les meilleurs scénaristes de Hollywood n’auraient pas osé écrire cette histoire, affirme L’Equipe. Cela aurait été “too much” ou trop invraisemblable. Même l’héroïne n’arrive pas à réaliser. Comment imaginer qu’un mois après son retour, la Belge remporterait son deuxième tournoi du Grand Chelem à l’US Open ? Comment imaginer qu’elle battrait dans le même tournoi les deux sœurs Williams ? (…) Comment imaginer qu’une non-tête de série ferait tomber les 2e, 3e, 8e et 14e mondiales ? »

Le Guardian, lui, parle de « l’un des plus remarquables come-back du sport moderne » alors que le Daily Telegraph se demande « qui aurait pu imaginer qu’il y avait moyen de combiner changement de langes et victoires en Grand Chelem ? » !

Le retour au premier plan de Kim Clijsters, « c’est le type de bonne nouvelle qui ne devrait jamais s’achever, écrit Neil Hartman, du Times de Londres. Derrière ce visage potelé et souriant n’a jamais cessé de battre le cœur d’une championne. »

Le New York Times estime pour sa part que si Kim Clijsters s’est imposée, c’est parce que « le reste du tableau féminin durant cet Open a craqué sous l’émotion ou le poids des attentes qu’elle ne portait pas. »

Le journal suisse Le Temps affirme que la Limbourgeoise avait minutieusement planifié son retour. « Jamais elle ne s’était autant languie qu’en fée du logis, faute d’y trouver quelque magie, un enchantement banal qui incarne son idéal “plan-plan”, assure Christian Despont. Kim Clijsters a vite constaté les attentes messianiques autour de son come-back, dans le contexte d’un tennis féminin sans figure tutélaire ni hiérarchie, déchiré par les querelles d’ego. (…) Chic fille dans un monde de chipies, elle a vite remarqué, également, la prédominance de ses qualités athlétiques. (…) Même élasticité, même explosivité, même culture de la compétition, mêmes frappes imprévisibles, même gaieté communicative, sans arrière-pensée liée à l’enjeu ou à la conséquence. »

Il n’y a pas que la performance sportive qui soulève les enthousiasmes. La personnalité de Clijsters est également soulignée (tout comme celle de Wozniacki) par Sports Illustrated. « Avec Clijsters, la Miss Sympathie du circuit, et Wozniacki, qui est originaire de l’heureux pays qui a enfanté l’écrivain pour enfants Hans Christian Andersen, on a vécu une finale sans incident, sans faute de pied et qui s’est disputée gaiement comme si les deux joueuses étaient en train d’évoluer dans un club à Bruxelles ou Copenhague », indique l’hebdomadaire américain.

L’image idyllique de la famille de la championne n’a pas laissé les médias insensibles. En rappelant qu’elle est la première maman à remporter un tournoi majeur depuis Evonne Goolagong en 1980, Sports Illustrated, toujours, parie que « la WTA ne tardera pas à utiliser son image de “working mom” dans ses prochaines campagnes ».

P.21&22 LE MODE D’EMPLOI D’UN COME-BACK PARFAIT

1
Les CHIFFRES DE CLIJSTERS

Kim Clijsters est la première femme à remporter un tournoi du Grand Chelem après avoir bénéficié d’une « wild card » ; chez les hommes, Goran Ivanisevic avait réussi le même exploit en 2001 à Wimbledon. Mais la Limbourgeoise n’est pas la première « non classée » à en gagner un. L’Australienne Evonne Goolagong en fit de même en Australie en 1977.

9

La victoire de Kim Clijsters est la 9e d’une Belge dans un tournoi du Grand Chelem. Elle-même s’était déjà imposée à l’US Open 2005 et Justine Henin compte 7 victoires à son actif : Australie 2004, Roland Garros 2003, 2005, 2006, 2007 et US Open 2003 et 2007.

19

En trois tournois à peine – Cincinnati, Toronto, US Open –, Kim Clijsters a récolté 2.310 points et s’est hissée à la 19e place du classement WTA, où elle est la première joueuse belge. Yanina Wickmayer, elle, passe de la 50e à la 22e place après sa demi-finale et Kirsten Flipkens grimpe de 11 échelons et est 82e.

7 h 45

Après un passage par Times Square avec son époux et sa fille Jada, Kim Clijsters sera de retour à Bruxelles-National mercredi matin, à 7h45. Vendredi, elle offrira une tournée générale au Vrijthof, dans le centre de Bree, à 19h00.

Une amende de 10.500 $ pour Serena

Serena Williams s’est vu infliger une amende de 10.000 dollars (7.200 euros) pour s’en être pris verbalement à la juge de ligne qui avait estimé qu’elle avait commis une faute de pied lors de sa demi-finale contre Kim Clijsters. Elle devra, en outre, débourser 500 dollars pour avoir fracassé sa raquette à l’issue du premier set.

Cette sanction, la plus lourde dont un joueur peut écoper pour « conduite anti-sportive », qui ne représente qu’un peu plus de 3 % de la prime qui échoit aux demi-finalistes de l’US Open (350.000 dollars) pourrait, à terme, se doubler d’une amende plus lourde, voire d’une suspension. L’Américaine a cependant présenté ses excuses, ce lundi, à la juge de ligne, à Clijsters, à la Fédération américaine et aux fans de tennis de par le monde.

Le Comité du Grand Chelem, organe de la Fédération internationale, a, lui, ouvert une enquête pour juger si le comportement de l’Américaine constitue une « faute majeure ».

Federer : « Le plus beau coup de ma vie »

Auteur d’un coup gagnant exceptionnel, frappé entre ses jambes du fond du court alors qu’il tournait le dos au filet suite à un lob de son adversaire, et cela pour s’octroyer trois balles de match lors de sa sa demi-finale face au Serbe Novak Djokovic, dans la nuit de dimanche à lundi, Roger Federer s’est pour une fois laissé aller à quelques superlatifs sur ce moment inoubliable du tournoi américain.

« Je pense que c’est le plus beau coup de ma vie. Même si c’est la 3e ou la 4e fois que je le réussis en match, là il y avait la puissance, la vitesse, la précision et c’était dans une demi-finale de Grand Chelem. C’est tellement rare de réunir tout ça… ».

« Sur ce coup, il n’y a rien à dire, à part bravo, a commenté de son côté son malheureux adversaire Djokovic, déjà battu en demi-finale par Federer l’an passé. J’ai un respect immense pour ce que Roger a fait dans l’histoire de notre sport, il est probablement le meilleur joueur de tous les temps. Il joue peut-être le tennis de sa vie. » (afp)

Le double dames

aux sœurs Williams

Reportée par la faute du retard induit par les chutes de pluie en début de week-end, la finale du double dames s’est jouée ce lundi en début de soirée et a vu la victoire attendue des sœurs Serena et Venus Williams, têtes de série nº4, qui n’ont fait qu’une bouchée, 6-2, 6-2, des têtes de série nº1, une paire constituée de la Zimbabwéenne Cara Black et de l’Américaine Llezel Hubel. C’est le 10e titre des sœurs Williams en double en tournoi du Grand Chelem. Elles sont aussi parées de l’or olympique.

AFP,VANDE WEYER,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.