Saint-Sang et tango, même combat

Patrimoine L’Unesco classe de nouvelles traditions au patrimoine de l’humanité

Quel rapport, demanderez-vous, entre l’impressionnante et solennelle procession du Saint-Sang à Bruges et le langoureux et très érotique tango argentin ou uruguayen ? Ne cherchez plus : l’un et l’autre viennent d’être classés par l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité. Ce gotha planétaire des traditions les plus remarquables comprenait déjà 90 membres. L’organisation internationale a désigné mercredi 76 nouveaux lauréats, dans 27 pays.

La procession de Bruges est réputée pour être la plus prestigieuse de Belgique. Elle se déroule une fois par an et remonte au XIIIe siècle. Elle rejoint sur la liste de l’Unesco deux autres « monuments » de notre folklore : le carnaval de Binche et la tradition des dragons et des géants, très vivace notamment en Wallonie et à Bruxelles – songeons à la ducasse d’Ath et au combat dit Lumeçon de Mons. Il faut rappeler que ces désignations sont purement honorifiques : elles mettent en évidence des pratiques parfois en danger et incitent les autorités locales et nationales à en entretenir l’authenticité.

L’invité surprise de cette promotion est donc le tango. « C’est un hommage à tous ceux qui ont soutenu le tango depuis sa création, et qui ont transmis la poésie et la danse de génération en génération », a déclaré Hernan Lombardi, responsable de la culture à Buenos Aires.

« La tradition du tango est née au début du XXe siècle dans le bassin du Rio de la Plata qui sépare l’Argentine et l’Uruguay, dans une région où se mêlent des immigrants européens, des descendants d’esclaves africains et des autochtones, les criollos », explique-t-on à l’Unesco.

La Chine omniprésente

Sur les 76 traditions mises à l’honneur, 22 proviennent de Chine : l’art de la gravure des sceaux, la calligraphie, le découpage du papier, notamment. Sans oublier l’opéra tibétain… Le Japon bénéficie de 13 citations dont le Gagaku, le plus ancien des arts scéniques traditionnels de ce pays.

Plus près de chez nous, et donc sans doute plus accessibles, il faut encore épingler sur cette liste le langage sifflé de l’île de la Gomera, dans les Canaries espagnoles, la tapisserie d’Aubusson et la tradition du tracé dans la charpente française, ainsi que le théâtre d’ombres turc connu sous le nom de Karagöz.

La liste complète des lauréats sur www.unesco.org

DEFFET,ERIC
Cette entrée a été publiée dans Culture, Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.