Le site participatif de Belga sera « filtré »

Technologies Ihavenews.be embarrasse la direction

Incroyable volte-face ou cafouillage dans la communication ? Une chose est sûre : la direction de l’agence de presse Belga a du mal à gérer l’incident survenu suite à la mise en ligne, lundi, de son site participatif Ihavenews.

Lundi, en fin de matinée, son nouveau site web, qui permet aux internautes d’envoyer une information qu’ils jugent intéressante vers Belga, a été victime d’un couac retentissant. Un internaute usant d’un pseudonyme et d’un numéro de GSM fantaisiste, a envoyé un message annonçant la mort de la reine Fabiola. Info qui a directement atterri parmi les dépêches que reçoivent de minute en minute les clients de l’agence de presse.

Immédiatement, le transfert des informations venues du web a été suspendu. Il devrait cependant reprendre dès ce mercredi, mais, désormais les petits messages d’information venus du web seront filtrés. « Dès le départ, il s’agissait d’un malentendu, explique Egbert Hans, le directeur général de Belga. Car il n’a jamais été question de faire de ce site un service proposé à nos clients. C’est juste un entonnoir à informations, venues de partout que nos responsables de l’information, au sein de la rédaction, vont vérifier avant d’éventuellement la communiquer. Une simple source d’informations supplémentaires pour Belga. Tout ce qui est arrivé n’est dû qu’à une erreur d’organisation interne ».

Un curieux lifting

On peut cependant s’étonner de cette réaction de la direction de l’agence de presse. Le site Ihavenews est toujours en ligne. Mais le texte invitant les visiteurs à envoyer leurs informations et dont nous publions une copie d’écran ci-dessus, précisait qu’une info envoyée sur le site « aboutira directement dans toutes les rédactions du pays ». Phrase on ne peut plus explicite, qui a été retirée du site mardi, en début de soirée, pour être remplacée par celle-ci : « après l’envoi, votre nouvelle est livrée à la rédaction de l’agence de presse Belga. ». Difficile de ne pas parler d’un virage à 180 degrés dans le processus de traitement des infos collectées sur le site.

Au sein de la rédaction de Belga, c’est la consternation. Dans un communiqué, elle réclame « plus d’explications sur l’incident de lundi lors duquel des “informations” introduites via Ihavenews.be sont arrivées directement dans les rédactions au milieu des autres dépêches Belga. Si la hiérarchie rédactionnelle n’était pas au courant du fait que ce nouveau service court-circuiterait les filtres journalistiques de la rédaction, le conseil de rédaction trouve ça grave. Mais si elle était au courant, c’est encore plus grave ».

Le milieu des médias s’inquiète. « Belga a choisi de courir un énorme risque pour un résultat qui risque d’être limité en terme de récolte d’infos utiles, note un responsable au sein d’un groupe de presse. Le concept est complètement délirant s’il n’y a pas de filtre et fastidieux voire ingérable s’il y en a un ! ». La secrétaire générale de l’association professionnelle des journalistes, Martine Simonis, estime quant à elle qu’« il est très grave de laisser les spécialistes du marketing se mêler de politique éditoriale ».

http://www.ihavenews.be

JENNOTTE,ALAIN
Cette entrée a été publiée dans Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.