La fin de la « guerre de la banane »

Commerce

Les pays de l’Union européenne et l’Amérique latine ont mis fin à près de 15 années de conflit sur les tarifs douaniers pour la banane avec un accord qui va ouvrir de façon significative le marché européen à de nouvelles importations de pays comme l’Equateur.

L’accord signé mardi par les négociateurs à Genève abaisserait immédiatement les tarifs douaniers européens de l’UE sur les bananes d’Amérique latine, qui passeraient à 148 euros la tonne, contre 176 euros actuellement. Et les tarifs passeront à 114 euros d’ici 2017, offrant de nouvelles opportunités pour les producteurs de bananes du Brésil, de Colombie, du Costa Rica, d’Equateur, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, du Nicaragua, du Panama, du Pérou et du Venezuela. En échange, les Etats-Unis, dont les multinationales commercialisent des bananes d’Amérique latine, et qui avaient attaqué l’UE avec les pays latino-américains à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ont accepté de mettre fin à leur conflit avec l’UE. Pour ne pas pénaliser les pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique), souvent anciennes colonies européennes, dont les bananes entrent libres de droits en Europe, la Commission européenne a par ailleurs « offert de mobiliser jusqu’à 200 millions d’euros » d’aide financière supplémentaire à ces pays, afin de les aider à « s’ajuster à une concurrence plus sévère de l’Amérique latine ».

Cet accord met fin à la « guerre de la banane », qui opposait les pays d’Amérique latine producteurs de bananes et les Etats-Unis à l’Union européenne. Elle avait été attisée en 1993 quand l’UE avait décidé d’accorder un régime douanier préférentiel aux pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique), pour la plupart d’anciennes colonies européennes, leur permettant d’exporter des bananes sans droit de douane vers l’Europe. L’UE a été plusieurs fois condamnée à l’OMC sur cette question. (ap/afp)

ASSOCIATED PRESS,AFP
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.