Il faisait la paire avec Jean-Marc Thibault

Scènes Roger Pierre est décédé samedi à 86 ans

On ne prononçait jamais son nom sans le faire suivre de celui de Jean-Marc Thibault, son comparse et complice. Mais le destin a séparé un tandem comique légendaire, l’un des plus populaires s du théâtre français. Roger Pierre est décédé samedi, à l’âge de 86 ans.

Jacques Mailhot, le patron du théâtre des Deux Anes, lui a rendu hommage dimanche sur RTL. « C’était un vrai duo, très complémentaire, qui faisait rire la France, a-t-il dit. Roger Pierre savait raconter avec une certaine componction, même une sorte de fausse préciosité, des histoires très grivoises, qui, hors de sa bouche, seraient devenues vulgaires. C’était un garçon très chaleureux qui adorait la vie, qui adorait plaisanter et qui avait gardé au fond de lui un côté estudiantin. »

Né le 30 août 1923 à Paris, Roger Pierre avait aussi connu un énorme succès à la télévision française de 1972 à 1975 avec les séries historico-comiques Les maudits rois fainéants et Les z’heureux rois z’Henri, toujours aux côtés de Jean-Marc Thibault.

Leur aventure commença en 1947, lorsque Roger Pierre (Jean Le Gall de son vrai nom), speaker publicitaire à Radio-Luxembourg, fit la connaissance de Jean-Marc Thibault. Ils débutent au Caveau de la République.

Les deux fantaisistes feront les beaux soirs de cabarets parisiens comme le Tabou, le Caveau de la Terreur, l’Amiral, le Moulin-Rouge où leurs sketches font florès. Ils en écriront quelque trois mille, conjuguant textes, mimes et chansons. Ensemble, ils réalisent le film La vie est belle en 1956 mais, en 1976, après vingt-huit ans de collaboration, ils décident de se séparer pour faire carrière individuellement. Ils se retrouveront néanmoins en 1984 pour un spectacle au Théâtre Antoine à Paris, puis en 1990 à l’Olympia.

Roger Pierre était apparu pour la première fois au cinéma dans Belle mentalité en 1952. Il a joué sur scène dans de nombreuses comédies, Mary-Mary (1963), Qui est cette femme ? (1967), Le légataire universel (1980), Monsieur Masure (1987), La nuit de Barbizon (1994), Feu la mère de Madame (1998), La Soupière (2001).

Habitué des films comiques, il s’est fait remarquer dans des registres différents, en particulier Mon oncle d’Amérique d’Alain Resnais (1980). En 2003, à 80 ans, il avait encore joué dans L’ami de Maigret, avec Bruno Crémer. (afp)

Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.