La 3D est à la porte de votre salon

Technologies Les premiers téléviseurs grand public arrivent dans les magasins

Une première en Belgique. Le samedi 8 mai, Belgacom TV diffusera le premier match de foot belge en 3D. Ce sera Anderlecht-Saint-Trond, lors de la dernière journée des playoffs 1. Mais la diffusion sera limitée à quelques cafés Jupiler (1). Depuis la sortie du film Avatar, la 3D, c’est la technologie à la mode. Qui s’apprête à déferler jusque dans votre salon.

Comment ça marche ? Pour filmer en 3D, on utilise deux caméras dont les axes sont séparés de 6,5 cm, soit la distance moyenne entre les yeux humains. Une caméra filme pour l’œil droit, l’autre pour le gauche. Les images sont diffusées à raison de 200 images par seconde (200 Hz), de façon alternative pour chaque œil. Les lunettes 3D actives (la technique la plus courante) portées par le téléspectateur sont synchronisées avec le téléviseur, et chaque verre s’« ouvre » et se « ferme » cent fois par seconde, créant l’effet en trois dimensions.

De quel matériel faut-il disposer ? Comme à chaque révolution technologique, jetez tout, et rachetez du neuf, adapté pour la 3D ! Soit un nouveau téléviseur 200 Hz, qui peut être LCD, plasma ou LED. Celui-ci sera équipé de série (ou en option), d’un émetteur qui lui permet de commander les lunettes à distance. Les modèles d’entrée de gamme devraient tourner autour entre 1.500 et 2.000 euros. Il faudra y ajouter des lunettes (une paire par personne !). Dont coût entre 100 et 150 euros la paire.

Les fabricants salivent déjà : Sony espère vendre 2,5 millions de téléviseurs 3D au cours de l’année fiscale qui se terminera fin mars 2011. Les ambitions de Panasonic, LG et Samsung portent respectivement sur 1 million d’appareils pour les deux premiers et 2 millions pour Samsung.

Pour regarder quoi ? C’est évidemment la question-clé. Alors que les diffuseurs (et les consommateurs) se sont à peine convertis à la haute définition (HD), voilà qu’une nouvelle technologie débarque. Comment justifier de nouveaux achats ? Au niveau du contenu, deux voies existent : la production propre et les supports préenregistrés (Blu-ray).

En matière de captation, les principaux acteurs du marché commencent à s’équiper. « Nous avons notre première unité mobile 3D, explique Sven Verresen, porte-parole d’Alfacam. Nous allons filmer un concert de Jean-Michel Jarre, qui sera diffusé sur Exqi+ et Exqi Culture. C’est un premier test. » Timo Koch, le patron d’Outside Broadcast, partenaire de Belgacom dans la captation des matchs de foot de D1, a réalisé les premiers essais lors de la rencontre Charleroi-Lokeren. Verdict : peut mieux faire. Les plans larges souffrent encore de la présence d’images « fantômes ». Ce n’est que dans les plans serrés que l’effet 3D est le plus marqué. « C’est une autre manière de réaliser, avec moins de changements de plans, des zooms et des mouvements moins rapides, reconnaît Timo Koch, le directeur général d’Outside Broadcast. Il y a encore beaucoup à apprendre. » La société belge n’en a pas moins été choisie par l’UEFA pour filmer la finale de la Champions League en 3D.

Bref, tout le monde expérimente. Un peu comme Belgacom TV, France 2 a diffusé dans 70 salles de cinéma le match de rugby France-Angleterre, lors de la dernière journée du tournoi des VI Nations. Vingt-cinq matchs de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud seront également filmés en 3D. Mais qui les diffusera ? Du côté de la RTBF, qui détient les droits de la WolrdCup 2010, Cécile Gonfroid, directrice générale des Technologies, explique que ceux-ci n’incluent pas les matchs en 3D. « Il faut négocier directement avec Fifa TV et Sony, explique-t-elle. Mais qu’en sera-t-il des coûts, des conditions de diffusion ? Nous n’avons pas de réponses à ces questions. »

« Il n’y a pas encore beaucoup de contenus », reconnaît Jean-Charles De Keyser, vice-président Integrated Media Unit de Belgacom, qui se dit convaincu que le sport sera l’un des facteurs déclenchant pour l’équipement des ménages. Pas encore d’offre commerciale structurée chez Belgacom TV, « mais nous sommes prêts à diffuser tout ce qui sera disponible en 3D », précise Jean-Charles De Keyser.

Faute de programmes en direct, c’est probablement d’abord par le biais de supports enregistrés que la 3D entrera chez nous, via le Blu-ray 3D. Mis à part la PS3 de Sony (lire ci-dessous), les lecteurs Blu-ray classiques sont incompatibles avec la 3D. Nouveau crochet par le magasin, donc. Les premiers modèles de lecteurs Blu-ray compatibles 3D devraient s’afficher autour des 400 euros.

Il n’y a peut-être pas d’urgence : chez les principaux éditeurs et distributeurs de DVD et Blu-ray en Belgique, il n’existe aucun calendrier de sortie de disques Blu-ray 3D. On sait cependant que le premier titre devrait être Monsters vs Aliens (Dreamworks) et que, chez Disney, la sortie du film Christmas Carol sur ce support est à l’étude. Même le fameux Avatar de James Cameron, dont la sortie mondiale en DVD/Blu-ray est planifiée pour le 21 avril, ne sera proposé qu’en 2D (dans ce cas précis, tout indique cependant qu’il s’agit d’une stratégie commerciale et qu’une version 3D sera mise sur le marché plus tard). Les studios douteraient-ils de la 3D ? Que nenni ! Hollywood a prévu d’une part de ressortir d’anciens films qui seront « gonflés » de 2D à 3D et d’autre part d’en proposer de nouveaux, filmés d’origine en trois dimensions, et qui bénéficieront ainsi d’un rendu supérieur lors de leur sortie en vidéo.

(1) www.belgacom.be/3D

DESALLE,PHILIPPE,PADOAN,BERNARD
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.