France / Des trombes d’eau et des coulées de boue sèment la mort dans le Var

Expatrié depuis six ans dans la région de raguignan, André le Bruxellois se souviendra longtemps de son après-midi de shopping, ce mardi.  De son propre aveu, le pensionné n’avait jamais vécu « un truc pareil ».

« En 2004, lorsque j’ai reçu ma préretraite, je suis venu m’installer dans le petit village de Sillans-la-Cascade, à une trentaine de kilomètres de Draguignan, relate André. C’est un tout petit village dans lequel il n’y a quasi pas de commerces. Raison pour laquelle, une fois par semaine, mon épouse et moi nous rendons au Carrefour de Draguignan pour y faire les grosses courses. » Ce mardi, il tombait des cordes depuis le matin. Le couple a néanmoins décidé d’aller faire ses emplettes.

« C’était le milieu d’après-midi. On roulait sous une drache incroyable, illustre André. De chaque côté de la voiture, on projetait des gerbes d’eau énormes. Arrivé à destination, j’ai garé la voiture sur le parking de la galerie qui est un peu surélevé. Il se trouve en face de la caserne des pompiers. Une heure plus tard, lorsque nous sommes sortis du magasin, vers 18 heures, des torrents d’eau coulaient. Ils emportaient tout. Sous la puissance de l’eau, les voitures se retournaient et étaient embarquées. Les quatre roues en l’air. »

Sortis de leur caserne inondée, les pompiers se présentent à la galerie commerçante dans laquelle se trouvent plus de 200 clients parmi lesquels des enfants. « Ils nous ont dit d’attendre, poursuit le pensionné bruxellois. Il était impossible de sortir et de prendre la route. En un quart d’heure, l’eau est montée de deux mètres. Les pompiers ont même dû sortir tout leur matériel qui était touché par les eaux. »

Dans la galerie, la « survie » s’organise. « L’électricité était coupée, poursuit André. Il faisait noir. Les commerçants ne pouvaient donc pas fermer leur volet métallique. On nous a donc installés un peu partout. Moi, j’étais dans un bistrot. On m’a donné deux chaises pour que je puisse m’allonger. Les responsables de Carrefour nous ont fait du café. Ils nous ont donné des sandwiches. Ils ont aussi fourni des teeshirts et des chaussettes pour que les gens trempés puissent se changer. On a passé la nuit là. Les gens étaient sereins. »

Pendant ce temps, à l’extérieur, l’eau poursuit son saccage. Les voitures des pompiers sont devenues invisibles car noyées. Les renforts de la région niçoise sont arrivés. Huit hélicoptères des pompiers et de la gendarmerie survolent la zone pour repérer des gens en difficulté. Mais les informations sur la gravité de la situation sont rares, selon André. Au réveil, mercredi, vers 8 heures, la situation s’était calmée. Les dégâts, eux, étaient bel et bien visibles. « Lorsque j’ai traversé la ville pour rentrer chez moi, témoigne André, j’ai vu au moins 200 voitures retournées par les lames de boue. Sur la carrosserie, les secours avaient peint en rouge des grands “Vu” pour montrer qu’ils les avaient inspectées. Le bitume des routes était troué. Des trottoirs entiers étaient partis et des rochers étaient tombés. Je n’avais jamais vu un truc pareil. »


FRÉDÉRICDELEPIERRE

Au moins vingt morts autour de Draguignan

Au moins vingt personnes sont mortes dans le Var à la suite des intempéries qui ont frappé mardi plusieurs communes du département, principalement autour de Draguignan. Mercredi en fin de journée, les responsables des secours étaient toujours à la recherche d’une douzaine de disparus. Onze personnes sont décédées à Draguignan, cinq dans la commune de Trans-en-Provence, une au Luc, une à Fréjus, une autre à Roquebrune et une au lac de Saint-Cassien.

Les pluies se sont abattues mardi soir et durant la nuit de mardi à mercredi faisant sortir les cours d’eau de leur lit en quelques minutes. Les flots ont atteint jusqu’à deux mètres de haut dans le centre de Draguignan, emportant des centaines de voitures et détruisant autant de maisons et de commerces. Onze hélicoptères ont tourné toute la nuit au-dessus du département du Var, afin de repérer les zones sensibles. Plus de 400 hélitreuillages ont dû être effectués, notamment à Roquebrune et Fréjus. Huit campings ont été évacués et des habitants ont été pris au piège des eaux.

Les établissements scolaires de l’arrondissement de Draguignan sont restés fermés durant toute la journée de mercredi. Les transports scolaires n’ont pas circulé dans toute la zone. Au total, on estime à plus de 1.200 le nombre de personnes qui ont dû être hébergées dans des centres d’accueil et de secours improvisés. Des coupures d’électricité ont affecté plus de 96.000 abonnés. Un millier de secouristes ont été mobilisés.

Mercredi, le trafic SNCF restait interrompu entre les gares de Nice et de Toulon, et ne devrait pas être rétabli avant ce jeudi. Par contre, l’autoroute A8 reste fermée au niveau de l’échangeur du Muy, mais l’aéroport de Toulon-Hyères a rouvert, après avoir été fermé mardi en fin de journée.

Une petite centaine de touristes belges en villégiature à la « Résidence du Campeur » à Saint Aygulf, près de Frejus, ont été secourus, a affirmé Alain Decastiau qui y est propriétaire d’un mobil-home, à l’Agence Belga : « Les eaux se sont mises à monter entre 4 et 5 heures », a expliqué M. Decastiau depuis son domicile de Rixensart d’où il s’apprêtait à rejoindre son lieu de vacances. « En 10 minutes de temps, le niveau des eaux avait atteint 1 mètre ; en une demi-heure, il y avait 2 mètres d’eau ».

« C’est toute une partie de la vie qui s’en va », a confié une habitante en pleurs de Draguignan Nadège Estellon a vu en 30 minutes son appartement du rez-de-chaussée ruiné. Mais aussi les habits, les meubles… « On n’a plus rien du tout, tout est foutu. On n’arrive pas à joindre l’assurance, nos deux véhicules sont partis à l’eau ». Mardi soir, « nos voisins sont venus taper à la porte pour nous prévenir. En une demi-heure l’eau est montée, on a juste eu le temps de prendre nos papiers, c’est inimaginable. On avait prévu de se marier en août. Mais les préparatifs sont eux aussi partis à l’eau, dit-elle, des sanglots dans la voix » (ap et afp).

Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.