Le cardinal Danneels entendu plus de 10 heures par la police

L’ancien chef du clergé a été longuement entendu par la PJ. Le cardinal a-t-il dissimulé des abus sexuels ?

De 9 h 30 du matin à un peu plus de 19 h 45. L’ancien primat – il a exercé cette fonction jusqu’en décembre dernier – de l’Eglise catholique belge, le cardinal Godfried Danneels, a été entendu comme témoin pendant plus de dix heures par la police judiciaire mardi à Bruxelles, à la suite d’une perquisition menée le 24 juin à son domicile dans le cadre d’une enquête sur des prêtres pédophiles.

Plus précisément, le cardinal a été entendu à propos d’une possible tentative de mise sous silence d’affaires d’abus sexuels sur des mineurs au sein de l’Eglise.

Au cours de l’après-midi, il a été confronté à l’ancien président d’une commission d’enquête parrainée par l’Eglise sur les cas de pédophilie en son sein, le pédopsychiatre Peter Adriaenssens.

« Je ne peux et ne veux rien dire sur le contenu de cette confrontation. La justice doit à présent faire son travail », a déclaré Peter Adriaenssens à sa sortie. « En ce qui concerne l’état d’esprit du cardinal Danneels, il est clair qu’il est quand même en état de choc. Il est très difficile pour lui de savoir que bon nombre de personnes pensaient qu’il savait et qu’il n’a rien fait. Il est surpris que des faits d’une telle gravité soient mis en rapport avec lui », a-t-il ajouté.

Selon le droit belge, toute personne ne dénonçant pas des faits pénalement répréhensibles est passible d’une peine de huit jours à un an de prison. La question est toutefois complexe car la justice reconnaît que les membres de l’Eglise sont liés par le secret de la confession et le secret professionnel.

Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.