Madrid a payé « Al-Qaïda »

10-2e-aqmi.jpg
Terrorisme Huit millions d’euros en échange de deux libérations

Selon les propres déclarations des négociateurs maliens, le groupe baptisé Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi, ex-GSPC) aurait reçu « en tout 8 millions d’euros » du gouvernement espagnol pour libérer ce lundi les deux otages espagnols qu’il détenait. « Du début jusqu’à la fin, c’est en tout 8 millions d’euros qui ont été versés aux ravisseurs des Espagnols », a affirmé à l’agence France-Presse un médiateur malien impliqué dans les affaires de libération d’otages européens dans le Sahel. « Oui, on peut dire que c’est le gouvernement espagnol qui a payé la somme. Même si ce n’est pas lui qui a tout payé (directement), il va d’une manière ou d’une autre rembourser la dette aux pays, aux personnes qui ont engagé des frais dans l’affaire. »

Le journal espagnol El Mundo avait assuré mardi, sans citer de sources, que le gouvernement espagnol a payé 7 millions pour la libération de Roque Pascual et Albert Vilalta, deux volontaires de l’ONG catalane Accio Solidaria, qui étaient détenus depuis novembre 2009 par Aqmi au Sahel. Lundi, lorsqu’il a officialisé la libération des deux volontaires, le gouvernement de Madrid n’avait fait mention d’aucune rançon versée. Le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, s’était borné à remercier les services espagnols ainsi que les « gouvernements (africains) de la zone ».

Aqmi a affirmé lundi avoir libéré les deux Espagnols parce que certaines de ses revendications avaient été satisfaites. Le groupe a aussi souligné que la libération des deux Espagnols constituait une « leçon adressée aux services secrets français », après l’échec d’un raid franco-mauritanien mené le 22 juillet pour libérer l’otage français Michel Germaneau dont Aqmi a revendiqué le 25 juillet l’exécution.

Une rançon à des tueurs ?

La presse algérienne a dénoncé mardi le versement d’une rançon par Madrid. Des journaux comme Le Temps ont affirmé que « Madrid a payé la rançon ». De plus, « les gouvernements du Mali et de Mauritanie ont libéré, une fois encore, un terroriste d’Aqmi en contrepartie de la libération d’otages occidentaux ». Un Malien, Omar Sid’Ahmed Ould Hamma, dit « Omar le Sahraoui », auteur en novembre 2009 de l’enlèvement des deux Espagnols, a été libéré après avoir été extradé de Mauritanie où il avait été condamné à douze ans de prison.

L’idée de concessions envers Aqmi est dérangeante : connu autrefois sous le nom de Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), ce groupe est constitué de tueurs dont plusieurs proviennent de la criminalité ordinaire et qui ont lourdement frappé les forces algériennes. Vivant de la protection du trafic et/ou du trafic de cigarettes et de stupéfiants aux frontières sud de l’Algérie, ils représentent un mouvement de « gangsterrorisme » qui déstabilise une demi-douzaine de pays.

AFP,LALLEMAND,ALAIN
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.