Les GSM d’Acer ont débarqué

Télécoms Le 2e fabricant mondial de PC lance ses smartphones sur le marché belge

Le marché des smartphones, ces GSM intelligents faits pour surfer sur le web, est en pleine ébullition. Signe d’un marché juteux et de croissance à deux chiffres, de plus en plus de marques et de fabricants de produits électroniques se lancent sur ce très rentable créneau.

C’est le cas d’Acer, le numéro 2 mondial de ventes d’ordinateurs portables (derrière Hewlett Packard) et numéro 1 en Belgique avec une part de marché de 24,3 %. Acer s’est discrètement lancé sur le marché du smartphone fin de l’année dernière. Il débarque aujourd’hui en Belgique avec une gamme complète d’appareils dont les prix oscillent entre 199 et 499 euros TVAC.

La direction Europe-Moyen-Orient-Afrique du groupe était de passage à Bruxelles mercredi pour défendre sa stratégie.

« Aujourd’hui, nous sentons très bien que nous sommes à l’aube d’un véritable boom, d’uné révolution de l’internet mobile », explique Massimo D’Angelo, un des vice-présidents d’Acer Europe. « Dans quelques années, tout le monde aura un smartphone. Chez Acer, nous croyons beaucoup à la convergence numérique, c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de nous lancer dans les GSM et spécifiquement les smartphones qui permettent de surfer sur le net quand et où on veut. Avec notre gamme de netbooks et notebooks, nous sommes déjà bien implantés sur le marché de l’internet mobile. Le GSM est donc la suite logique. Tous nos produits fonctionneront bientôt avec le même interface ».

Malgré ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas sur les prix qu’Acer veut faire la différence… « Pour l’instant, ce n’est pas l’élément déterminant mais il est évident que les prix vont assez rapidement baisser pour les modèles d’entrée de gamme. Nous croyons que c’est en comprenant au mieux les demandes des clients que nous ferons la différence. C’est autour de l’interface que la véritable compétition va se passer. Notre but, c’est de casser les barrières entre les gens et les technologies. Certains préféreront se connecter avec un netbook, d’autres avec un smartphone, une tablette, ou, pourquoi pas, la télé. Mais tout le monde voudra un écran tactile, ça c’est évident », poursuit M. D’Angelo.

Pas de concurrence sur les prix

Quant à savoir s’il n’est pas un peu tard pour se lancer sur ce créneau déjà bien occupé par des dizaines de marques dans la même gamme de prix, le vice-président d’Acer répond par la négative.

« Pas du tout. Si vous analysez les chiffres de vente de plus près, vous verrez qu’on parle de centaines de millions d’unités d’appareils sur les différents segments de l’internet mobile dans le monde. Le marché global actuel du GSM représente plus d’un milliard de GSM. Sur ce nombre, environ dix pour cent seulement sont des smartphones. La croissance potentielle est énorme. Et ce d’autant plus qu’un certain nombre d’utilisateurs auront plusieurs appareils différents dont un netbook, un smartphone et une tablette par exemple », argumente Massimo D’Angelo.

Créé en 1976, le groupe Acer emploie 7.000 personnes. Basé aux Etats-Unis, son chiffre d’affaires s’élevait à 17,9 milliards de dollars. Les marques Packard Bell, Gateway et eMachines appartiennent également à Acer.

DE BOECK,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.