L’« e-livre » de Sony arrive en Belgique

Technologies Un marché peu concurrentiel

L’une des facettes du succès de l’iPad réside dans son aptitude à lire des livres électroniques, les fameux « ebooks ». Ce n’est que l’un des aspects de la tablette d’Apple, mais, chez nous, il s’est trouvé particulièrement mis à l’honneur en raison du peu de compétitivité qui existait sur ce créneau précis. On trouve bien, ça et là, des liseuses électroniques signées Bookeen, iRiver, NuvoMedia ou Bebook, mais aucune ne semble bénéficier d’une large distribution accompagnée par la puissance marketing nécessaire, sans parler de la renommée de la marque.

Et les deux grands noms américains du secteur boudent pour l’instant le marché européen : ni le Nook de Barnes & Noble, ni le Kindle d’Amazon ne sont officiellement commercialisés en Europe continentale. Il se murmure cependant que, dans la foulée de son entrée sur le marché britannique, le Kindle pourrait être prochainement proposé en France et en Allemagne, les deux autres pays européens où Amazon est actif.

Est-ce pour cela que Sony passe à la vitesse supérieure ? Troisième géant du secteur, l’entreprise japonaise commercialisait ses différents modèles de Reader dans plusieurs pays européens – en plus du Japon et des Etats-Unis –, mais pas en Belgique. Cette curieuse situation trouvera son épilogue d’ici quelques jours : dès la mi-octobre, le Reader Pocket Edition et le Reader Touch Edition seront proposés par les 21 magasins Sony Center du pays. Un mois plus tard, ils seront également vendus par la Fnac.

La carte de l’ouverture

Outre leur choix de couleurs extérieures, les deux liseuses électroniques de Sony se distinguent au niveau du poids (155 grammes pour le Reader Pocket Edition, 220 grammes pour le Reader Touch Edition), de la taille de l’écran tactile (12,7 et 15,24 cm), de la mémoire (2 Go pour chacun ; celle du Reader Touch Edition peut être augmentée de 32 Go) et du prix : respectivement 180 et 230 euros. On notera également que le Touch Edition permet de jouer les baladeurs audio : il peut lire les fichiers MP3 et AAC.

Mais s’ils peuvent afficher des photos, aucun de ces deux appareils n’est une « tablette multimédia » : leur écran E Ink Pearl n’affiche pas de couleurs, mais, comme le Nook ou le Kindle, une palette de niveaux de gris. Pas question non plus de surfer sur internet. Les deux appareils de Sony, dépourvus de connexion sans fil (Wi-Fi ou 3G), visent spécifiquement la lecture de livres numérisés. L’accent a été mis sur l’autonomie (on parle de deux semaines) et sur la possibilité d’utiliser les appareils même au soleil.

Pour obtenir des ouvrages sur l’une des liseuses électroniques de Sony, il faudra passer par un ordinateur connecté à internet, puis les transférer via le câble USB. Les livres pourront être notamment trouvés sur le magasin en ligne de l’entreprise, le Cercle Reader (http://ebooks.sony.fr), qui propose des « milliers d’ouvrages ». Mais de nombreux autres sites pourront être visités, qu’ils proposent des ouvrages gratuits (domaine public) ou payants : Sony a en effet joué la carte de l’ouverture en rendant ses appareils compatibles avec la plupart des formats existants : ePub, PDF, text, RTF, Word…

DESALLE,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Médias. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.