Une marée humaine contre la vague d’austérité

C’est la plus grande manifestation qu’a connue Bruxelles depuis 2001 : plus de 100.000 manifestants, selon les syndicats, 60.000 pour la police, ont défilé mercredi pour protester contre les politiques d’austérité en Europe. La Confédération européenne des syndicats voulait lancer un signal fort aux gouvernements européens et à la Commission. C’est réussi. Aucun incident. Seulement de curieuses arrestations « préventives » d’une bonne centaine de défenseurs des sans-papiers participant à un camp international à Bruxelles. Ils étaient habillés en clowns et armés de pistolet à eau, des « trublions », a dit la police.

Les manifestants étaient surtout venus de France, d’Allemagne, de Pologne et évidemment des quatre coins de la Belgique même si, pour l’instant, aucune politique d’austérité n’y est annoncée. « C’est une manifestation préventive, résume Claude Rolin, secrétaire général de la CSC. Il y a un trou budgétaire de 20 à 25 milliards d’euros. Il faudra le combler de manière juste et intelligente. Les mesures d’austérité sont économiquement imbéciles car elles handicapent la croissance et elles sont surtout socialement injustes ».

Ce qui inquiète aussi les syndicats belges, ce sont les mesures annoncées… en matière de réforme de l’Etat. « Elles sont un prétexte pour casser la sécurité sociale, estime Luc Cortebeeck, président de la CSC. C’est le sens de cette manifestation au niveau belge. Beaucoup de gens ne savent pas ce qui se cache derrière le populisme. » L’allusion à la N-VA est plus limpide avec Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB qui dénonce la régionalisation des allocations familiales et la volonté de la N-VA de limiter les allocations de chômage dans le temps. « Il va falloir assainir les finances publiques, dit-elle. On peut le faire en luttant contre la fraude fiscale ». Pour illustrer ces propos, des « faux » hommes d’affaires en costume-cravate et attaché-case ouvraient le cortège en arborant des pancartes comme « Union européenne des spéculateurs » ou « Association des entreprises frauduleuses ». Drôle mais quelques militants français de la CGT y ont cru un instant et les représentants de l’humour belge (et FGTBéen) ont failli essuyer des jets de tomates. Les Français étaient très nombreux. Entre 10 et 15.000. « Notre mobilisation est à la hauteur de la dureté de la politique de Sarkozy, raconte une manifestante.

Il faut fortifier les droits syndicaux en Europe et, avec autant de monde, on sent vivre la solidarité internationale. Cela fait du bien. ».

Avec des participants venus de 24 pays, la manifestation était indiscutablement internationale au point de ressembler parfois à un inventaire à la Prévert. On voyait défiler des cheminots anglais, des employés des télécoms français, des dockers grecs, des policiers roumains, des Hongrois arborant la tête du Che sur leur tee-shirt et des pompiers belges venus avec camion et sirène. Les métallos de la Rhur en combinaison et bottes blanches tranchaient parmi les drapeaux rouges et verts.

Peu de cris, peu de chants mais beaucoup de vuvuzelas et de sifflets qui se sont déchaînés lorsque les manifestants sont arrivés à hauteur des bâtiments des institutions européennes. Pouces baissés, huées. C’est là également que la présence policière était la plus forte et la plus visible. « L’Europe doit donner la priorité à l’emploi et aux politiques sociales, ce qu’elle ne fait pas du tout », expliquait un manifestant allemand. Mais déjà le Cinquantenaire, objectif final de la manifestation se profile. Les groupes se dispersent dans le parc et se font photographier avec l’arc de triomphe en arrière-plan. Les orateurs syndicaux montent sur scène : « Vous êtes géniaux. Plus de cent mille manifestants à Bruxelles, c’est une réussite, lance Claude Rolin. Demain, nous continuerons à porter haut et fort la voix des travailleurs, des retraités et des allocataires sociaux. »

Une délégation a rencontré le Premier ministre Yves Leterme. Il a rappelé que le gouvernement en affaires courantes exécute « normalement » le budget 2010 et que la Commission a approuvé le pacte de stabilité présenté par la Belgique. Les mesures d’économie sont attendues pour 2011.

VANDEMEULEBROUCKE,MARTINE
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.