Le Chat sur iPhone et à la télé

33-5e-geluck_e.jpg 33-5e-geluck_e2.jpg
Bande dessinée Philippe Geluck publie son «Acte XVI» et sa «geluckothèque»

entretien

Roméo de la BD belge et de notre supplément Victoire, le Chat cabotine dans son XVIe album et sort ses griffes sur iPhone pour faire enrager Shakespeare, Molière et Sophocle. Mieux monté que Tintin et moins liposucé que Martine, la bête incarne le nouveau glamour du catalogue Casterman. Nous avons joué à « Coucou qui c’est » avec son auteur, Philippe Geluck, dans la salle d’apparat de l’hôtel Plaza, et fait du yo-yo avec l’iPhone pour tout savoir du « show-show » de ce dieu de Chat !

Le Chat livre ses inédits sur iPhone avec des sketches, des bons mots de l’auteur en vidéo, une geluckothèque, un GPS permet même de suivre ses gags à la trace. Vous restez le maître du jeu ?

J’aime aller au bout des choses. J’ai fait les réponses à tous les jeux de l’iPhone. Je signe le dessin quotidien. Je m’impose la vidéo face caméra une fois par semaine et je rédige les news humoristiques moi-même. Ça me plaît énormément. Ce nouveau support me donne beaucoup de plaisir. J’ai fait un jeu avec la fonction zoom, par exemple, en créant une mini-case illisible… sauf que quand on zoome dedans, on peut lire : « Le zoom, c’est pas de la couille. »

Apple est plutôt tatillon sur les bonnes mœurs et la bienséance. Ils ont accepté le Chat sans rougir et sans censure ?

Je leur ai présenté un projet d’application complète avec les références de tous mes livres publiés comme exigé. J’avais fait un essai assez hard, avec le Chat qui n’arrivait pas à lire le cadrant de sa balance à cause de son érection matinale. Mais n’allez pas écrire ça, hein, ils ne l’ont peut-être pas vu ! En tout cas, j’ai passé les tests sans problème.

C’est le premier album du Chat en deux ans. L’iPhone et les projets animés du Chat vous motivent davantage ?

Non, je continuerai à produire régulièrement pour la presse. C’est un terrain propice à l’éclosion des idées. J’en ai besoin pour créer, provoquer de nouveaux déséquilibres comiques… Je ne vais pas faire d’infidélité au livre mais je veux en même temps être totalement dans mon époque. L’iPhone, c’est comme Mozart et la clarinette. Quand ce nouvel instrument est né, Mozart a tout de suite eu envie de composer pour la clarinette…

L’animation pour la télé influence-t-elle l’évolution du Chat ?

Je suis arrivé à une forme de maturité dans le dessin. J’ai solutionné la plupart de mes problèmes. Je ne suis pas le roi de la perspective ni un dessinateur anatomique mais le dessin animé m’oblige à répondre à certaines questions comme celles de savoir à quoi ressemble le Chat vu de profil ou de haut. Je ne peux plus y échapper. Je dois aussi me montrer plus expressif. Cette évolution se remarque dans quelques-uns de mes dessins comme celui du Chat en ballerine qui revendique le droit d’être artistique en pratiquant la course de haies… Le dessin animé, réalisé en grande partie en Wallonie, devrait être à la télé dans un an.

Le Chat se moque de la burqa, de la minijupe iranienne, des casse-croûte chinois, vous n’avez pas peur des fatwas ?

Tout ça m’excite au contraire. Il faut revendiquer plus que jamais la liberté de rire de tout. Je ne vais pas céder aux ayatollahs qui rêvent de réguler la liberté de pensée, d’esprit, de création. N’oubliez pas que la première chose qu’on interdit dans les régimes totalitaires, c’est l’humour !

Vous n’êtes jamais en panne de drôlerie ?

Je me pose la question du gag suivant depuis 27 ans. Je me la posais déjà après six mois de parution dans Le Soir. Quand je suis en panne, c’est toujours très momentané : jamais plus de trente minutes !

Le Chat, Acte XVI, Philippe Geluck, Casterman, 48 p., 10,40 euros. Application le Chat sur iPhone : 1,59 euro.

COUVREUR,DANIEL
Cette entrée a été publiée dans Culture, Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.