Enquête ouverte pour abus de biens sociaux

Social Les travailleurs vont rencontrer deux ministres

Coup de théâtre dans le dossier Brink’s. Alors que le tribunal de Commerce de Bruxelles s’interroge encore sur le sérieux du dépôt de bilan (lire ci-dessous), le Parquet de Bruxelles a ouvert, ce mardi, une enquête pour abus de biens sociaux. Il précise qu’il s’agit à ce stade d’une information judiciaire et non d’une instruction. Aucun juge n’a donc été chargé du dossier pour l’instant. Ce pourrait être le cas si des éléments venaient confirmer les soupçons de la Justice.

En début de journée, les salariés de la société, en grève depuis le 27 octobre, se sont réunis en assemblée générale. Leurs permanents les ont informés de la mission des administrateurs provisoires désignés par le tribunal de Commerce et de la décision de ces derniers d’interdire l’accès aux différents sites de Brink’s Belgium aux dirigeants de la société. Les travailleurs se sont dit prêts à reprendre le travail s’il s’avérait que le paiement des salaires est possible, sachant qu’Alain Zenner et Gérard Delvaux se sont engagés, le cas échéant, à maintenir le statut d’employé. Enfin, les syndicats ont précisé que les commissaires remettraient leur rapport au tribunal de Commerce ce vendredi.

Trouver 7 millions d’euros

Ce mardi, les administrateurs provisoires ont d’ailleurs entamé leur enquête. Gérard Delvaux s’est rendu sur le site de Strépy. De son côté, Alain Zenner a pris contact avec certains clients, afin de s’assurer du maintien des contrats commerciaux signés avec Brink’s. Ce point, tout comme l’état des liquidités disponibles, est essentiel pour une poursuite éventuelle des activités. Selon nos informations, il resterait environ 800.000 euros de liquidités dans l’entreprise. Soit de quoi payer les salaires. Pour relancer l’activité, une ou plusieurs lignes de crédit auprès de banques belges seraient nécessaires, pour un montant de 7 millions d’euros. Des chiffres non confirmés.

Mardi, Alain Zenner et Gérard Delvaux ont rencontré Marc de Bernardin, ancien directeur des ressources humaines, afin d’envisager avec lui une éventuelle poursuite des activités sous sa conduite. Et en fin de journée, l’avocat et le réviseur devaient également rencontrer deux administrateurs étrangers de Brink’s : Ram Ancho (Hollande) et Carlo Weisen (Luxembourg). Les deux hommes ont exprimé leur surprise quant à l’information judiciaire ouverte ce mardi par le Parquet de Bruxelles. Et se sont engagés à produire un dossier pour vendredi, de façon à répondre aux questions des commissaires.

Et ce mercredi après-midi, une délégation du personnel rencontrera tour à tour les ministres régionaux de l’Emploi et de l’Économie afin de les sensibiliser à la situation de Strépy, seul site wallon du groupe.

LORENT,PASCAL
Cette entrée a été publiée dans Belgique, Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.