Un attentat contre la Belgique a été déjoué

Onze suspects interpellés. « Des clients sérieux. Pas des petites mains comme dans certains des derniers dossiers terrorisme traités », se réjouit une source.

L’opération internationale coordonnée ce mardi matin par le parquet fédéral belge et instruite par le juge anversois Van Linthout a permis le démantèlement d’un réseau islamiste soupçonné de préparer un attentat en Belgique depuis Anvers. Au total, onze terroristes présumés, âgés de 20 à 30 ans, ont été appréhendés. « Sept ont été interpellés à Anvers, trois à Amsterdam et un à Aix-la-Chapelle », précise Lieve Pellens, porte-parole du parquet.

Quels étaient les projets des suspects ? Rien de précis. « Il était question de plans visant à commettre un attentat en Belgique par un groupe terroriste international. La bande utilisait à cette fin le site internet extrémiste Ansar Al Mujahideen, relate Lieve Pellens. La cible de cet attentat n’était pas encore déterminée. »

« Et pour cause, précise une source, ces dernières années, les enquêtes ont été poussées. L’anti-terrorisme n’intervenait que lorsque le faisceau de présomptions était important. Ça prenait du temps et ça coûtait de l’argent. Finalement, devant le tribunal, les avocats faisaient passer les projets d’attentats pour de mauvaises plaisanteries. Résultat des courses, les peines étaient rikiki. Désormais, la doctrine est préventive. Ça va plus vite et le mal fait aux organisations terroristes est tout aussi important. »

L’Emirat du Caucase

Aucun projet précis n’est donc attribué aux sept hommes. Le parquet fédéral est cependant plus ferme sur un autre point : « Certains suspects recrutaient des candidats djihadistes et récoltaient de l’argent en faveur d’une organisation terroriste en Tchétchénie dénommée “Emirat du Caucase”. »

« Trois de ces hommes sont aussi connus, notamment pour faire partie de Sharia4Belgium », affirme Lieve Pellens. Pour rappel, cette organisation islamique intégriste a appelé les musulmans de Belgique à brûler un drapeau américain le 11 septembre en réaction à l’action d’un pasteur américain qui avait eu l’intention de brûler le Coran ce jour-là.

Concrètement, l’enquête du juge Van Linthout a débuté en décembre 2009. A cette époque, des informations faisaient état d’un jeune Anversois d’origine marocaine qui aurait eu des visées terroristes sur le sol belge.

Des renseignements suffisamment précis pour que le magistrat du parquet fédéral en charge du terrorisme demande au juge d’ouvrir une instruction.

Via le site internet extrémiste Ansar Al Mujahideen (lire ci-contre), le jeune homme avait des contacts avec l’Espagne et l’Arabie Saoudite. Plus tôt cette année, des suspects ont déjà été arrêtés dans ces pays et au Maroc à la demande de la justice belge. Tous les suspects ont une double nationalité. Ils sont Belges d’origine marocaine ou Russes d’origine tchétchène. Ils ont été présentés au juge d’instruction en vue de leur maintien en détention.

Et ceux qui ont été interpellés à l’étranger seront extradés.

Cette menace d’attentat n’étant pas neuve, « elle n’exige pas la mise en place de mesures de sécurité particulières », a fait savoir Peter Mertens du centre de crise du SPF Intérieur.

FRÉDÉRIC DELEPIERRE

Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>