De Mulder et Deltenre, lauréates surprises

Littérature Les Prix Rossel 2010

33-5e-rossel

Une surprise totale ! C’est le sentiment commun que Caroline De Mulder et Chantal Deltenre, respectivement lauréates du prix Rossel 2010 et du prix Rossel des Jeunes 2010, ont mis en avant-hier midi, à leur arrivée au Palais des Académies, où avait lieu pour la première fois la cérémonie. Il faut dire que la première, déjà surprise d’être sélectionnée parmi les finalistes, était en lice avec Amélie Nothomb pour Une forme de vie, Yvon Toussaint pour L’assassinat d’Yvon Toussaint, Daniel Adam pour Une histoire tue et Vincent Engel pour Le mariage de Dominique Hardenne. La seconde concourait avec le même Yvon Toussaint, Corinne Hoex pour Décidément je t’assassine, Régine Vandamme pour Feu et François Emmanuel, un auteur que la lauréate admire, pour Jours de tremblement.

Au terme d’une matinée de délibérations vives, ce sont les deux « outsiders » qui ont été élues. Le jury du Rossel a sacré Caroline De Mulder pour son premier roman, Ego Tango, à trois voix contre deux à Yvon Toussaint, tandis que chez les jeunes, Chantal Deltenre, auteur de La maison de l’âme, l’a emporté au second tour à huit voix contre cinq pour Régine Vandamme.

Touchés par la dimension historique du roman, (« On apprend vraiment quelque chose, je ne savais pas ce qu’était la systématisation », dit l’un), les jurés, treize rhétoriciens volontaires issus d’écoles bruxelloises et wallonnes (et encadrés par la Cellule Enseignement de la Communauté Française), ont choisi La Maison de l’âme après avoir longuement débattu. Chaque livre a eu ses fervents défenseurs. Ces quatre garçons et neuf jeunes filles ont également souligné la fluidité de l’écriture, et la profondeur des personnages.

Le jury adulte, composé pour sa part de cinq écrivains ayant déjà reçu le prix Rossel (Ariane Lefort, Isabelle Spaak, Michel Lambert, Pierre Mertens et Jean-Luc Outers) a longuement discuté avant d’opter pour le livre de Caroline De Mulder. Il a salué « l’originalité de la démarche et de l’écriture de ce roman où chaque phrase a un sens dans une musique ».

Autre hasard qui rapproche les lauréates, elles vivent toutes deux à Paris. Prévenues à 11 h 30 de leur succès, les auteurs ont sauté dans le premier Thalys (le même, sans le savoir), pour venir recevoir leur prix, une enveloppe (5.000 euros pour le Rossel, 1.500 euros pour le Rossel des Jeunes) ainsi qu’une ardoise, réalisée par l’artiste Anne Jones. A la fin de la proclamation officielle, ces distinctions leur ont été remises par l’auteur et scénariste français Tonino Benacquista (Malavita, De battre mon cœur s’est arrêté, L’Outremangeur…). Plus tôt dans la cérémonie, l’écrivain s’était inquiété de savoir s’il pourrait un jour recevoir le prix Rossel, avant d’affirmer ensuite qu’il allait s’établir à Bruxelles au plus vite. En effet, le prix Rossel récompense soit un auteur belge, soit un auteur étranger installé depuis au moins cinq ans dans notre pays. Retrouvera-t-on Tonino Benacquista parmi les finalistes de l’édition 2015 ? Ou même en lauréat ?

CAUWE,LUCIE,NIZET,ADRIENNE
Cette entrée a été publiée dans Action Soir, Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>