Un journaliste du « Soir » enlevé au Caire

Notre correspondant au Moyen-Orient a été enlevé hier en Egypte. La presse, cible de la répression pro-Moubarak.

Serge Dumont est l’envoyé spécial du « Soir » en Egypte pour couvrir le soulèvement égyptien et notre correspondant en Israël. © D.R.

Ce jeudi, les sbires du régime de Moubarak ont attaqué les protestataires qui mènent la révolte depuis le 25 janvier. On dénombrait à 23 heures trois morts et 639 blessés. Et les journalistes ont aussi été la cible de la répression. Serge Dumont, notre correspondant en Israël, avec Le Temps (Genève) et la Voix du Nord (France), basé à Tel Aviv et envoyé spécial du Soir pour couvrir le soulèvement du peuple égyptien depuis le 28 janvier a été molesté, tabassé, puis emmené par des personnes non identifiées, en civil, ce mercredi midi. Alors qu’il était en reportage dans le quartier populaire de Choubra, au centre du Caire. Des circonstances de son enlèvement, Serge Dumont a juste eu le temps de dire ceci par téléphone, avant que nous perdions sa trace : « C’était musclé, violent. J’ai reçu une volée de coups à la figure. Ils prétendaient que j’étais un pro-Baradei. J’ai ensuite été emmené chez les militaires, dans l’une des casernes à la sortie de la ville. J’ai reçu un verre d’eau, du Nil, m’ont-ils dit, pour que j’attrape la diarrhée. Je suis sous la garde de deux militaires, avec kalachnikovs et baïonnettes. Ils disent que je vais être emmené auprès des services secrets. Ils me reprochent d’être un espion. »

Au moment de boucler cette édition, nous étions toujours sans nouvelle de Serge Dumont. Mais il a été un moment en contact – par liaison GSM – avec l’ambassade de Belgique au Caire. Cet enlèvement s’inscrit dans un contexte où les médias ont été la cible d’attaques répétées ces dernières heures. La chaîne Al-Jazira est interdite depuis dimanche. Trois journalistes israéliens ont été arrêtés pour ne pas avoir respecté le couvre-feu et trois journalistes de France 24 interpellés. Et des partisans de Hosni Moubarak se sont acharnés, à coups de bâtons, sur d’autres journalistes aux abords de la place Tahrir.

Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.