Maria Schneider a dansé son dernier tango

Cinéma

Dieu sait combien un rôle peut être réducteur et coller à la peau toute une carrière ou être juste une étape dans une filmographie. Dans le cas de Maria Schneider, décédée ce jeudi à Paris des suites d’une « longue maladie » à l’âge de 58 ans, son rôle de Jeanne au côté de Marlon Brando dans le torride Dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci sera sa malédiction.

Maria Schneider a d’abord accepté de vivre en sachant que son père, le comédien Daniel Gélin, n’allait jamais la reconnaître. Hébergée entre 1969 et 1971 par Brigitte Bardot qui la surnomme la « Bimbo », la jeune Maria croise le chemin du réalisateur Bertolucci (1972). Et surtout joue cette fameuse scène où le personnage de Brando se sert d’une motte de beurre pour la sodomiser.

« Quand j’ai lu Le dernier tango à Paris », confiera celle qui a joué aussi pour René Clément, Philippe Garrel, Jacques Rivette ou Antonioni, « je n’y ai rien vu de mal (…) Plus tard, j’ai réalisé que j’avais été complètement manipulée par Bertolucci et Brando. » Les années 80 et 90 lui seront quasi fatales. Ses démêlés avec la cocaïne et l’héroïne ne lui facilitent pas les choses. Ces deux décennies seront sauvées par son seul grand rôle dans Au pays des Juliet de Medhi Charef.

MANCHE,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.